•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lethbridge vote en faveur d’utiliser 230 000 $ pour démanteler un campement de sans-abri

Campement de sans-abri.

Selon Shaundra Bruvall, chargée des communications pour Alpha House, l’organisme qui gère le Centre de ressources et de logement de Lethbridge, il y a une augmentation du nombre de campements de sans-abri dans la ville.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseil municipal de Lethbridge, en Alberta, a voté en faveur d’une motion proposant un budget de 230 000 $ pour démanteler un campement de sans-abri.

La motion comprend également de demander l’aide du gouvernement provincial pour trouver des solutions à moyen et à long terme en matière de logement et d'itinérance, qui permettront de résoudre les problèmes de campements, ainsi qu'un financement allant jusqu’à 470 000 $ afin d’établir un campement transitionnel temporaire, où des services et des ressources seraient disponibles

La plupart des demandes d'aujourd'hui visent à améliorer notre réponse et notre présence dans ces zones de campement, affirme Mike Fox, directeur des services communautaires.

Plusieurs conseillers ont soulevé des préoccupations quant au manque de précision de la motion et demandé un plan comprenant les objectifs à atteindre et comment l'argent sera dépensé avant de voter.

Les conseillers ont voté majoritairement en faveur du premier point, mais pour reporter les points de la motion incluant l’allocation de 470 000 $, la formation d’un groupe de partenaires clés pour étudier la question et la demande d’aide à la province.

Une autre rencontre aura lieu lorsque plus d'informations seront disponibles.

Manque de logements abordables

Shaundra Bruvall, chargée des communications pour Alpha House, l’organisme qui gère le Centre de ressources et de logement de Lethbridge, soutient qu’il y a une augmentation du nombre de campements de sans-abri dans la ville.

Elle affirme qu’il y a assez de place dans les refuges pour tout le monde.

Nous ne refuserions jamais quelqu'un, nous ferions de la place, souligne-t-elle. Ce n'est pas une question de capacité d'accueil.

Elle explique que certains itinérants choisissent de ne pas aller dormir dans les refuges parce qu’ils ont des animaux de compagnie, ne veulent pas être séparés de leur partenaire ou encore, ne peuvent pas être confinés avec trop de gens, car ils souffrent d’anxiété ou d’agitation.

Cela dit, selon elle, le problème vient du manque de logements abordables. Lethbridge souffre d'un manque important d'options en termes de logements abordables et de soutien, déplore-t-elle.

Ce que nous soutenons vraiment, c'est le mouvement vers l'ajout d'options de logement dans la ville et [cela] devrait être la priorité du conseil municipal, lance-t-elle, ajoutant que l'organisme travaille avec la Ville sur différentes initiatives.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !