•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La moutarde risque d’être en rupture de stock dans les magasins

Bol à moutarde et cuillère à graines sur fond de bois.

La moutarde pourrait être en rupture de stock à cause de la pénurie de graines de moutarde. (archive)

Photo : getty images/istockphoto / AtlasStudio

Radio-Canada

Le prix de la moutarde pourrait augmenter, et des magasins risquent une rupture de stock en raison d’une pénurie de graines de moutarde liée à un rendement des cultures canadiennes inférieur à la normale l’année dernière, selon des experts de la filière agroalimentaire.

La majorité des graines de moutarde dans le monde sont cultivées dans les Prairies.

Or, en 2021, la Saskatchewan et l’Alberta avaient un rendement de leurs plantations de moutarde qui n'était que de 35 % par rapport à la moyenne des 10 dernières années.

De plus, la sécheresse qu’elles ont subie l'été dernier a malmené les récoltes.

Résultat, certains pays font face à une augmentation du prix des graines de moutarde. La France, le plus grand consommateur mondial du célèbre condiment, constate déjà une rupture de stock de sa moutarde de Dijon sur les étagères de ses épiceries.

La chaleur qu’on a reçue en juillet dernier a ravagé nos cultures, explique Stuart Smyth, professeur agrégé au Département de l'agriculture et des ressources économiques de l'Université de la Saskatchewan.

Pour certains fabricants de moutarde comme Eric Giesbrecht, propriétaire de l’entreprise Brassica Mustard, à Calgary, il était difficile de se procurer des graines pour les récoltes de cette année, et encore plus si elles étaient produites au Canada.

Il a fallu que je supplie mon fournisseur de me vendre ses derniers 900 kilos, précise-t-il. Il a fini par payer à son fournisseur un prix quatre fois supérieur au prix habituel.

« C’était les dernières qu’il avait et il est [maintenant] inquiet de ne pas pouvoir fournir ses autres clients. »

— Une citation de  Eric Giesbrecht, propriétaire de Brassica Mustard

Les épiceries canadiennes à court de moutarde?

Selon le professeur de distribution et de politiques alimentaires à l'Université Dalhousie Sylvain Charlebois, même si les magasins et les épiceries au Canada semblent disposer d'un approvisionnement suffisant à l'heure actuelle, ce n'est peut-être qu'une question de temps avant que le manque de moutarde ne frappe les commerces canadiens.

Selon le professeur, cela prend du temps à un produit pour faire son chemin dans la ligne d'approvisionnement et arriver à court d'inventaires : Il est possible que nous ayons une rupture de stock, mais ce ne serait pas une catastrophe, et ce ne serait qu’à court terme.

Selon la compagnie Kraft Heinz Co., dès qu’il y a un problème d'approvisionnement potentiel, elle fait tout pour trouver un moyen de dépanner ses clients à travers le monde. C’est le cas pour sa marque de moutarde de Dijon dont le manque de graines malmène la production.

Plants de moutarde avec des fleurs jaunes dans deux parcelles, séparées par un sentier.

Les changements climatiques pourraient provoquer davantage de sécheresse dans les Prairies, et par conséquent moins de récoltes.

Photo : Radio-Canada / Marc-Yvan Hébert

S’adapter à la sécheresse

Entre-temps, les scientifiques rappellent que les changements climatiques pourraient entraîner des sécheresses plus fréquentes et graves dans les Prairies, ce qui nuirait davantage aux futures récoltes de graines de moutarde.

Toutefois, Stuart Smyth affirme que l’adaptation aux conditions de sécheresse s’est beaucoup améliorée ces dernières années. Il rappelle que, jusqu’à présent, la saison a été prometteuse et de bon augure pour une récolte saine cet automne.

Si les conditions météo restent similaires dans les quatre à six prochaines semaines, dit-il, les agriculteurs peuvent s’attendre à beaucoup de graines de moutarde cette année.

Avec les informations de CBC et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !