•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pensionnats pour Autochtones : la grande marche pour la guérison arrivée à Wendake

Deux femmes autochtones brandissant un drapeau.

Près de 300 personnes attendaient l'arrivée des marcheurs à Wendake.

Photo : Radio-Canada

Partis il y a six jours de Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean, les 13 participants à la marche de solidarité envers les survivants des pensionnats pour Autochtones sont arrivés à Wendake mardi après-midi, après avoir parcouru 260 km à pied.

L’événement organisé par l’organisme Puamun Meshkenu (Le Chemin des mille rêves, en langue innue) s’inscrit dans le cadre de la visite du pape François au Canada.

Il vise à rassembler des Autochtones de toutes les générations autour du thème de la guérison, tant individuelle que collective, tout en favorisant les rencontres et les échanges.

Traumatismes intergénérationnels

La marche nous permet de souligner l’importance de la guérison pour nos peuples, particulièrement pour les victimes des pensionnats, mais aussi pour la jeune génération qui subit encore aujourd’hui les effets des traumatismes intergénérationnels, expliquait la semaine dernière le Dr Stanley Vollant, président et fondateur de Puamun Meshkenu.

Le point de départ de la marche a été donné le 21 juillet à Mashteuiatsh, qui a abrité jusqu’en 1991 le pensionnat de Pointe-Bleue. Il s’agit du dernier établissement scolaire pour Autochtones financé par Ottawa et dirigé par des religieux à avoir fermé ses portes au Québec.

Des marcheurs vêtus de t-shirts orange et brandissant des fanions à l'effigie de Puamun Meshkenu circulent sur une route en été.

Les participants à la grande marche pour la guérison organisée par Puamun Meshkenu sont partis de Mashteuiatsh le 21 juillet (archives).

Photo : Jean-Simon Gagné-Nepton

À leur arrivée à Wendake, les marcheurs ont été accueillis par le Conseil de la Nation huronne-wendat, qui a organisé à son tour une marche de solidarité envers les survivants des pensionnats et leurs familles.

Hanna Mapachee, une survivante des pensionnats autochtones, tenait à aller à la rencontre des marcheurs. Ça représente beaucoup pour moi. Je suis rentrée au pensionnat quand j'avais six ans. [...] Ça fait partie de mon enfance. Je me vois dedans, moi, marcher avec eux, confie-t-elle.

La marche, ouverte à tous, s'est mise en branle peu après l'arrivée des marcheurs à partir du Centre de santé Marie-Paule-Sioui-Vincent et s'est terminée au même endroit, environ une heure plus tard.

En guise de reconnaissance pour les survivants, les participants ont été invités à porter des vêtements orange.

Dernière ligne droite

Après avoir fait escale à Wendake, les marcheurs partis de Mashteuiatsh reprendront la route mercredi matin pour se rendre aux plaines d’Abraham, à Québec, où est attendu le souverain pontife mercredi. Toute personne, autochtone ou allochtone, est invitée à participer à ce dernier segment de 15 km.

Les aînés survivants des pensionnats et leurs proches accueilleront les marcheurs près du fil d’arrivée et se joindront à eux pour parcourir le dernier kilomètre les séparant des Plaines.

Avec la collaboration d'Alexane Drolet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !