•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Partenariat entre l’Alliance de l’Est et Hydro-Québec pour d’éventuels parcs éoliens

Parc éolien en Gaspésie.

L'un de ces parcs pourrait voir le jour dans la MRC de La Matapédia (archives).

Photo : Radio-Canada / William Bastille Denis

L’Alliance de l’Est, qui regroupe les Régies intermunicipales de l’énergie du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, tend la main à Hydro-Québec pour un partenariat dans deux projets éoliens au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

Les deux projets en question ont été soumis par l’Alliance de l’Est dans le cadre d’appels d’offres lancés par Hydro-Québec Distribution en décembre dernier.

Si l’un ou l’autre, ou même les deux projets sont retenus dans le cadre de l’appel d’offres de 480 MW, la société d’État posséderait le tiers des actions. Les promoteurs privés et les membres de l’Alliance de l’Est se répartiraient également le reste des actions.

Ce n’est pas une contribution financière qu’Hydro-Québec va faire, c’est plutôt un investissement, explique le vice-président stratégies, évolution de l’entreprise et développement à Hydro-Québec, Mathieu Johnson. Au même titre que les développeurs privés, les municipalités, les communautés locales vont investir dans des actifs de productions énergétiques, Hydro-Québec est un partenaire-investisseur dans ces parcs-là.

Pour le président de la Régie intermunicipale de l’énergie du Bas-Saint-Laurent, Michel Lagacé, ce possible partenariat dans le cadre de l’appel d’offres en énergie renouvelable pourrait ouvrir la porte à des possibilités pour le futur.

Portrait de M. Lagacé.

Michel Lagacé est également préfet de la MRC de Rivière-du-Loup (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

On a une volonté de, oui, travailler pour ces deux projets-là, mais éventuellement, ça va nous permettre de nous positionner, de positionner Hydro-Québec en reconnaissant qu’il y a des gisements éoliens au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, dans Montmagny, dans L’Islet et de voir comment on peut mieux les exploiter, explique M. Lagacé.

« C’est une excellente nouvelle! »

— Une citation de  Michel Lagacé, président de la Régie intermunicipale de l’énergie du Bas-Saint-Laurent

M. Johnson voit également cette collaboration d’un bon œil pour Hydro-Québec. La perspective de développer de nouvelles relations d’affaires avec des développeurs privés, mais également avec des compagnies locales qui sont bien organisées et qui sont favorables au développement de l’énergie éolienne nous a attirés dans ce projet, précise-t-il.

Deux projets concernés

L’Alliance de l’Est a proposé sept projets pour les deux appels d’offres confondus, totalisant 1060 MW, mais seulement deux d’entre eux feraient partie du partenariat avec Hydro-Québec, soit les projets éoliens de Matapédia et de la Madawaska.

Le projet éolien Matapédia, issu d’un partenariat entre l’Alliance de l’Est et la société Invenergy, serait situé sur les territoires non organisés de Routhierville et de Rivière-Vaseuse dans la MRC de La Matapédia. L’offre principale propose un projet de 300 MW.

Le projet de la Madawaska, en collaboration avec la société EDF Renouvelables, vise la construction de 33 à 50 éoliennes selon l’option retenue, ce qui correspond à un maximum de 300 MW de puissance installée. Ce parc serait situé à Dégelis et à Saint-Jean-de-la-Lande dans la MRC de Témiscouata.

Ce qu’on a regardé, essentiellement, c’était l’enjeu de la compétition sur un même territoire et on s’est dit qu’Invenergy et EDF étaient des valeurs sûres, indique Michel Lagacé.

La liste complète des projets retenus à des fins d'analyse par Hydro-Québec pour les deux appels d’offres totalisant 780 MW devrait être dévoilée au courant de la semaine.

Les projets choisis dans le cadre de l’appel d’offres en énergie renouvelable seront dévoilés quant à eux en décembre prochain.

À plus long terme, ces projets devront être mis en service avant le 1er décembre 2026, conditionnellement à l’approbation des contrats par la Régie de l’énergie.

Une première pour Hydro-Québec

Si les deux projets soumis par l’Alliance de l’Est sont retenus, il s’agirait d'un premier investissement partiel pour la société d’État dans des activités de production de parc éolien.

Historiquement, on a investi majoritairement dans l’hydroélectricité. On a été présents dans différents types de filières énergétiques, mais la récente augmentation de la demande qui est prévue dans nos plans d’approvisionnement fait en sorte qu’on s’intéresse à de nouvelles formes d’énergies, et l’éolien en fait partie, explique Mathieu Johnson.

Avec les informations de Guillaume Whalen et de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !