•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Partager ses employés pour retenir les jeunes de la construction dans les régions rurales

Des travailleurs de la construction construisent une maison à Calgary en 2015.

Le ministère du Travail et de l'Immigration a versé 185 500 $ à l'Alberta Construction Association sous forme de subventions de partenariat de la main-d'œuvre pour soutenir le projet pilote, ainsi que pour remédier à la pénurie de travailleurs de la construction qualifiés dans les régions rurales de l'Alberta, a indiqué un porte-parole du ministère.

Photo : Todd Korol/Reuters

Radio-Canada

Un projet pilote lancé par trois associations de la construction permet à des entreprises du secteur de se prêter des employés, dans l'espoir de retenir les travailleurs des régions rurales de l’Alberta.

L’initiative vise à empêcher ces employés de partir chercher un emploi plus stable dans les grands centres urbains pendant les périodes creuses.

Selon un porte-parole du ministère du Travail et de l'Immigration, divers facteurs peuvent avoir une incidence sur l'industrie de la construction dans les régions rurales, comme la diminution des chantiers, la nature du travail, le vieillissement de la main-d'œuvre et le nombre limité de personnes qui s'installent dans ces collectivités.

Dave Jeneke, un entrepreneur de Medicine Hat et propriétaire de Pad-Car Mechanical, affirme que le projet pilote semble bien fonctionner jusqu'à présent. Son entreprise, qui emploie une soixantaine de personnes, se spécialise dans la conception et l'installation de systèmes de plomberie et de chauffage.

Dave Jeneke a prêté cinq travailleurs de son entreprise au parc d'engraissement à Brooks, une communauté rurale située entre Calgary et Medicine Hat, dans le sud-est de l'Alberta.

Une main tient une manette reliée à un tuyau.

L'entreprise Pad-Car Mechanical a prêté cinq travailleurs au parc d'engraissement à Brooks, une communauté rurale entre Calgary et Medicine Hat.

Photo : Stéphanie Lévesque

Il n'y a pas de mise à pied, les travailleurs gagnent le même salaire, les avantages sociaux sont les mêmes et cela les aide à sentir qu'ils font toujours partie de l'équipe, explique-t-il.

Un de ces employés, Dalton Grover, est un plombier de 24 ans dont le père et le grand-père étaient également des professionnels du métier.

Le fait de participer au programme lui a permis de rester plus facilement près de sa famille et d'élargir ses compétences.

J'ai pu rencontrer de nouvelles personnes, voir comment d'autres entreprises font les choses, affirme le jeune plombier en parlant de son expérience de travail à Brooks.

Les gars qui étaient là étaient très bons et serviables [...] Ils m'ont appris beaucoup de choses dans le monde des raccords à vapeur, ajoute-t-il.

Selon Dave Jeneke, le projet pilote est attrayant pour les travailleurs, en partie parce que tous les coûts associés, tels que l'hébergement et le kilométrage, sont couverts par les employeurs. Les travailleurs conservent également leurs avantages sociaux. Cette sécurité supplémentaire peut contribuer à retenir les travailleurs dans l'industrie de la construction.

Les métiers paient bien, mais si un métier n'est pas parmi les mieux rémunérés, les employés peuvent être tentés d’aller travailler sur un pipeline ou d'obtenir un emploi dans un parc éolien, ce qui paie un peu plus.

Bien que nous soyons concurrents, nous devons travailler ensemble pour que notre main-d'œuvre soit heureuse et reste travailler dans notre région, conclut Dave Jeneke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !