•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première visite en Éthiopie de la commission d’enquête de l’ONU sur le Tigré

Des hommes et des femmes en uniforme militaire dans un centre de détention.

Des membres de la Force de défense nationale éthiopienne, prisonniers des forces du Tigré à Mekele, dans le nord de l'Éthiopie (archives)

Photo : Associated Press

Agence France-Presse

La commission onusienne d'enquête sur les violations des droits de la personne commises depuis le début du conflit dans la région éthiopienne du Tigré a entamé lundi sa première visite en Éthiopie, a annoncé l'ONU, mais le gouvernement éthiopien a rappelé conditionner sa coopération.

Cette commission, composée de trois experts – kényan, américain et sri-lankais –, a été créée en décembre 2021 pour une période d'un an, renouvelable par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies. Elle est en Éthiopie jusqu'au 30 juillet.

Elle est chargée entre autres de mener une enquête approfondie et impartiale sur les allégations d'atteintes aux droits de la personne et de violations du droit international humanitaire et de celui relatif aux réfugiés, commises en Éthiopie depuis le 3 novembre 2020 par toutes les parties au conflit au Tigré, rappelle le Conseil dans un communiqué.

Lundi, le gouvernement éthiopien a rappelé dans un communiqué avoir initialement refusé de coopérer avec cette commission, avant de donner son feu vert à sa venue en Éthiopie.

Il existe une opportunité que le gouvernement reconsidère sa position sur la question de la coopération avec la commission si celle-ci respecte la position du gouvernement sur divers points et si un accord est trouvé sur [ses] modalités d'action, peut-on lire dans ce texte.

Le programme de la visite des trois enquêteurs n'a pas été publié, mais ils ont d'ores et déjà eu une discussion exploratoire lundi à Addis-Abeba avec le vice-premier ministre Demeke Mekonnen, également ministre des Affaires étrangères, selon Fana BC, média proche du gouvernement.

Les experts sont à Addis-Abeba pour discuter avec les responsables du gouvernement et d'autres partenaires, et tenter de trouver ensemble des modalités acceptables de collaboration avec le gouvernement dans le cadre de leur mandat, indique Fana BC.

Les autorités rebelles du Tigré s'étaient dites prêtes ces derniers jours à coopérer avec la commission, tout en accusant le gouvernement fédéral de vouloir dicter les paramètres et le champ de l'enquête, en compromettant ainsi sa crédibilité.

Le conflit au Tigré, qui s'est ensuite propagé aux régions voisines de l'Amhara et de l'Afar, a été marqué par de nombreuses exactions dans chaque camp.

Possibles crimes contre l’humanité

Une enquête conjointe des Nations unies et de la Commission éthiopienne des droits de l'homme (EHRC, organisme public) avait déjà conclu fin 2021 à de possibles crimes contre l'humanité commis par tous les acteurs, rappelle l'ONU.

Le conflit au Tigré a commencé au début de novembre 2020 quand le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a envoyé l'armée fédérale, appuyée par des forces régionales de l'Amhara et l'armée érythréenne, pour déloger les autorités rebelles de la région du Tigré.

Initialement défaits, les rebelles du Tigré ont repris au courant de 2021 le contrôle de la région. Les combats ont quasiment cessé depuis une trêve en mars, mais la situation humanitaire reste catastrophique au Tigré, difficilement accessible et privée de réseaux de télécommunications, d'Internet ou de banques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !