•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une journée difficile pour les Québécoises lors du Tour de France Femmes

La cycliste pose pour la photo, debout sur son vélo.

Magdeleine Vallières-Mill a prêté main-forte à ses coéquipières secouées par des chutes.

Photo : Gracieuseté : Sportcom

Sportcom

La deuxième étape du Tour de France Femmes a été synonyme de chaos pour Simone Boilard et Olivia Baril qui ont toutes les deux chuté, lundi, sur le parcours de 136 kilomètres menant jusqu’à Provins.

Huitième aux Champs-Élysées la veille, Simone Boilard avait de grandes ambitions pour cette deuxième sortie de la compétition, mais des accrochages survenus en fin de course sont venus contrecarrer ses plans.

Malgré la force des impacts, la meneuse de l’équipe St Michel – Auber93 WE a été en mesure de rallier l’arrivée en 80e place.

Au final, elle a accusé un retard de 3 minutes 22 secondes sur le trio de tête composé de la gagnante, la Néerlandaise Marianne Vos (Jumbo-Visma), qui a devancé au sprint l’Italienne Silvia Persico (Valcar - Travel & Service) et la Polonaise Katarzyna Niewiadoma (Canyon/SRAM racing).

Je suis très déçue, c’est certain. Je visais un bon finish encore aujourd’hui et je crois que le parcours me convenait parfaitement. Malheureusement j’ai eu deux lourdes chutes dans le dernier tour du circuit et je me suis fait mal. J’ai perdu du temps précieux pour le classement général, et mon but sera simplement de bien récupérer pour les prochaines étapes, a commenté Boilard au terme de la journée.

Olivia Baril et ses coéquipières chez Valcar - Travel & Service ont elles aussi connu leur lot de mésaventures, alors qu’elle et trois autres membres de sa formation ont chuté pendant l’épreuve. Secouée sur le coup, la cycliste de Rouyn-Noranda a pu remonter en selle rapidement pour conclure la course et aller féliciter Silvia Persico pour sa performance.

Pour nous, c’est une bonne mauvaise journée, a confié Baril, 127e du jour (+8 minutes 29 secondes). Presque toutes nos filles sont tombées, mais Silvia fait quand même deuxième, alors c’est bon pour l’équipe. Personnellement, il n’y a pas trop de mal et je serai prête pour demain.

Magdeleine Vallières-Mill sauve la mise pour ses coéquipières

Seule autre représentante du Québec en action sur les routes françaises cette semaine, Magdeleine Vallières-Mill a quant à elle pu éviter la casse, ce qui n’a pas été le cas de ses coéquipières chez EF Education-TIBCO-SVB. La Sherbrookoise a ainsi levé le pied pour prêter main-forte aux coureuses victimes d'incidents, avant de franchir la ligne d’arrivée au 111e échelon (+5 minutes 13 secondes).

Mon rôle était de rester proche de mes coéquipières et de m’assurer qu’elles ne dépensent pas d’énergie pour rien. J’ai remonté les filles pour le dernier circuit et, ensuite, j’ai attendu celles qui ont été prises dans les chutes pour les rapporter. Heureusement, aucune de nos filles n’est blessée sérieusement, a indiqué Vallières-Mill, soulignant au passage la performance de sa coéquipière américaine Veronica Ewers (26e, +34 secondes).

Grâce à sa victoire, la triple championne du monde Marianne Vos entreprendra la troisième étape revêtue du maillot jaune de meneuse, mardi. Les participantes s’élanceront à Reims, avant de s’arrêter à Épernay, 134 kilomètres plus loin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !