•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les épisodes de chaleur vont se multiplier, résidents et municipalités doivent s’adapter

D’ici 2050, les journées de canicule par année pourraient être trois fois plus nombreuses dans certaines régions.

Des enfants s'amusent avec des jets d'eau au centre-ville de Montréal.

Devrait-on nommer les vagues de chaleur? Certains scientifiques pensent que ouI!

Photo : Getty Images / EVA HAMBACH

Les journées chaudes s'enchaînent dans la province et elles ne s'essouffleront pas cette semaine. C’est une situation à laquelle les Néo-Brunswickois devront s'habituer – et surtout s'adapter – puisque des experts en climat estiment que ces vagues de chaleur vont s'amplifier dans les prochaines années.

Dans le temps présent, on a en moyenne au Nouveau-Brunswick à peu près 10 journées par année où la température va dépasser les 30 degrés Celsius donc des journées assez chaudes, rapporte Réal Daigle, responsable des données et des besoins des utilisateurs chez CLIMAtlantic, un centre de services climatiques qui dessert les quatre provinces de l'Atlantique.

Avec les changements climatiques, les modèles nous indiquent que vers 2050, on pourrait doubler ces journées. Même qu'à certains endroits on pourrait tripler, donc entre 20 à 30 journées par été […] où la température dépasse les 30 degrés.

Une citation de Réal Daigle, responsable des données chez CLIMAtlantic
Réal Daigle se trouve dans un parc.

Réal Daigle, météorologue de profession, attribue les hausses des températures aux changements climatiques.

Photo : Radio-Canada

Celui qui a longtemps été météorologue indique que cette augmentation des températures est attribuée aux changements climatiques. La situation est irréversible à court terme, ce qui fait en sorte que les gens en ville devront trouver des moyens pour supporter ces vagues de chaleur chaque été.

Quand on parle surtout des températures d’été, il va falloir s’assurer qu’on a une certaine climatisation possible pour nos demeures dans le futur, souligne Réal Daigle. Même déjà présentement, ça va devenir de plus en plus important.

Repenser les villes

Il n'y a pas que les Néo-Brunswickois qui devront se donner les moyens de faire face à ces journées chaudes plus nombreuses. Les municipalités devront elles aussi faire leur part.

D'ailleurs, la semaine dernière, la ville de Moncton a décidé d'adopter un plan énergétique. L'objectif, c'est d'atteindre la carboneutralité d'ici 2050. Ce plan d'action fait suite à l'urgence climatique décrétée en 2019 par le conseil municipal.

La simple réduction des émissions, cependant, ne suffira pas à prévenir les pires effets des changements climatiques, explique Réal Daigle.

Ce qu’on peut faire, c’est essayer d’atténuer le réchauffement, quand on parle de réduire nos émissions de gaz à effets de serre, c’est la première place, changer nos approches. Mais il faut aussi s’adapter , soutient Réal Daigle.

L'adaptation serait la clé pour gérer les risques et éviter les pires scénarios liés aux changements climatiques.

Pour certains experts, le bien-être des habitants durant les canicules commence par revoir la manière dont sont construites les villes. C'est que les zones urbaines, comme les centres-villes, sont susceptibles de créer des îlots de chaleur où les températures extrêmes peuvent être particulièrement élevées.

Daniel Savard, souriant, debout dans une rue.

L'urbaniste Daniel Savard croit qu'il faut maintenant bâtir des collectivités durables (archives).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

[Il faut] faire en sorte qu’on pourrait peut-être avoir des arbres qui soient plantés avec des espaces verts avec des terrasses, qui permettraient justement de rendre une rue plus viable que d’avoir un champ d’asphalte, un champ de béton, et ça rend bien entendu les îlots de chaleur moins élevés, explique l’urbaniste Daniel Savard.

Selon cet expert, bâtir de manière durable en intégrant l'environnement naturel permettrait de rendre les villes plus viables en vue des changements climatiques.

Par exemple, le quartier de Dieppe du Village en haut du ruisseau a été construit de manière à conserver de plus importantes zones boisées.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.