•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Phénix de Sherbrooke : des femmes qui rament dans une même direction

L'équipe du Phénix à bord de leur bateau dragon.

Elles ont une passion commune et une histoire commune.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

L'équipe de bateau-dragon, le Phénix de la Rose des vents, célèbre sa 20e année et demeure toujours aussi populaire. Le Phénix rassemble 27 survivantes du cancer qui améliorent ainsi leur santé physique et psychologique. Ces dernières ont remporté deux médailles d'or lors d'une récente compétition à Montréal.

Dyane Bernier est l'une des cinq recrues de l'équipe du Phénix. À chaque présence sur le bateau-dragon, elle se donne entièrement comme toutes ses coéquipières.

Je sais que tout le monde ensemble, on va être là ensemble pour le même but : gagner parce qu'elles ont toutes gagné elles aussi au niveau médical, explique-t-elle. Maintenant, on va essayer de gagner au niveau personnel et physique en même temps parce que c'est un entraînement qui est très présent sur ton corps et dans ton corps.

Dyane Bernier et ses coéquipières.

Dyane Bernier et des coéquipières

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Ses 26 coéquipières et elle sont des survivantes du cancer. Le bateau-dragon est devenu un refuge pour elles, et le Phénix : une famille.

« Le bateau-dragon m'a donné un accueil. Ces femmes-là m'ont accueilli, elles m'ont donné énormément d'empathie. Elles m'ont offert la possibilité de travailler physiquement, psychologiquement. Je ne me sens jamais seule. Je me sens comme faisant partie d'une équipe. L'équipe a besoin de moi, et moi, j'ai besoin de l'équipe.  »

— Une citation de  Dyane Bernier, membre du Phénix

L’assistante-capitaine de l'équipe, Maryse Gosselin aime se dépasser sur le plan physique. Même l'hiver je m'entraîne cinq jours semaine au gym et aussi avec l'équipe une fois par mois, on va à Montréal pour le bac à ramer qui simule le bateau-dragon.

Déjà 20 ans se sont écoulés et l’équipe connaît toujours le même succès et le même engagement explique la capitaine de l’équipe Line Hamel. C'est la solidarité. Le fait aussi qu'on garde un lien avec les anciennes de l'équipe qui sont là aujourd'hui aussi pour participer à nos activités. Le désir de se dépasser, d'améliorer sa condition physique, ça reste là et c'est très important pour les femmes qui ont le cancer de pouvoir reprendre la vie normale pour vivre en groupe et s'amuser.

Le bateau-dragon est une thérapie pour la vie. Une fois membre du Phénix, ces femmes le restent pour toujours en devenant membres de cœur. La responsable des Phénix de cœur les accompagne parfois à leurs traitements de chimiothérapie, va porter de la nourriture, fait le lien entre cette personne-là et l'équipe. Alors, elle n'est jamais toute seule , mentionne la responsable des Phénix de cœur, Ginette Martin.

D’après le reportage de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !