•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À 75 ans, il traverse le Canada à vélo pour la santé des Franco-Manitobaines

Hubert Gauthier prend la pose à côté de sa compagne Monique Ducharme, un bras autour de ses épaules.

Hubert Gauthier et Monique Ducharme ont pour objectif de collecter 50 000 dollars et ont déjà rempli la moitié de leur objectif.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Michel

Le septuagénaire Hubert Gauthier est déjà à mi-chemin de son parcours à vélo de Vancouver à Montréal, en soutien au fonds créé par sa compagne Monique Ducharme axé sur la santé mentale et physique des femmes.

Ce périple est une manière de jumeler la passion du vélo de Hubert Gauthier et le désir de Monique Ducharme d’aider les femmes ayant, comme elle, traversé des moments difficiles.

J’ai eu de gros problèmes de santé, j’ai fait une dépression et j’ai eu beaucoup de difficulté à m’en remettre, confie-t-elle.

Ayant le soutien de ses proches et les moyens financiers, elle s’est alors décidée à réaliser l’un de ses rêves. J’ai réalisé un album de chanson (...) puis j’ai ramassé des fonds en vendant les CD et c’est ainsi que cela a commencé.

On a dû s'arrêter quelques années à cause de ma greffe du foie, mais nous revenons pleins d'énergie, explique-t-elle. Grâce à ce périple, ils espèrent donner plus de visibilité à leur cause.

Une autocaravance sur laquelle la banderole "vélo ton rêve" est accrochée.

Alors qu'Hubert Gauthier est au guidon de son vélo, Monique Ducharme le suit derrière le volant de leur autocaravane. Ils ont déjà parcouru près de la moitié du chemin.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Michel

«  Notre mission est d’aider ces femmes et de leur enlever un peu de stress dans leur vie. »

— Une citation de  Monique Ducharme, fondatrice

Leur objectif est de récolter 50 000 dollars pour réaliser le plus de rêves possible.

Le soutien de la communauté franco-manitobaine

À mi-chemin, Hubert Gauthier et Monique Ducharme font une pause de quatre jours à Winnipeg pour présenter leur projet au Patio 340.

Hubert Gauthier prend la pose à côté du vélo avec lequel il a déjà parcouru plus de 2100 km.

Hubert Gauthier à côté du vélo avec lequel il a déjà parcouru plus de 2100 km.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Michel

En collaboration avec l’organisme Francofonds et le Centre de santé Saint-Boniface, ce fonds a donc pour mission d'aider les femmes à réaliser un rêve qui appuie leur santé mentale ou physique.

La directrice générale de Francofonds, Madeleine Arbez, souligne qu’après que le couple a fait un don de 100 000 dollars, son objectif était de donner le plus de visibilité possible à leur projet et de les accompagner dans la gestion des autres dons.

On les aide également à distribuer les subventions, dans ce cas-ci, il s’agit d’un comité spécial qui détermine qui peut bénéficier du fonds en fonction des critères établis, précise Madeleine Arbez.

La bourse sert à réaliser un rêve qui vise à améliorer le bien-être mental et la santé de la requérante. Il peut également être lié à des problématiques de faible revenu, d'employabilité ou de littératie, notamment.

Les critères du fonds  :

  • La requérante est une femme d’expression française de Winnipeg.

  • La requérante doit avoir au moins 18 ans.

  • La requérante ne peut pas recevoir plus qu’une bourse dans une année.

  • Les subventions doivent satisfaire les exigences de l’Agence du revenu du Canada et de Francofonds.

De l’autre côté du spectre, le Centre de santé Saint-Boniface permet de faire connaître cette aide aux femmes suivies dans leur établissement.

Il y a déjà une dizaine de demandes qui ont été faites, confirme la directrice du Centre de santé Saint-Boniface, Stéphanie Roy.

Mme Roy souligne que les clientes du centre sont souvent dans le besoin. Au détriment de leur propre santé, elles placent en priorité leurs enfants et leurs familles, alors on veut leur donner un petit moment de bonheur juste pour elles, confie la directrice du centre.

C’est sûr qu’à Montréal, il y a beaucoup d'organismes qui s'occupent de cela, mais ici, quand on cible les femmes francophones, il n'y a pas tant d'organismes qui s'occupent de la santé mentale, explique Hubert Gauthier.

Le couple, qui a longtemps vécu au Manitoba, vit désormais à Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !