•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un succès Tout feu, tout flamme pour trois jeunes sœurs entrepreneuses de Baie-des-Sables

Les trois sœurs posent devant un étalage de bûches de bois.

Maïna, Anaïs et Lou Pelletier, âgées respectivement de 13, 8 et 10 ans, sont déjà des entrepreneuses.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Maïna, Lou et Anaïs Pelletier, âgées de 13, 10 et 8 ans, ont eu l’idée de se lancer en affaires l'hiver dernier. C'est comme ça qu'est née leur entreprise de vente de bois de camping, que les trois sœurs ont appelée Tout feu, tout flamme.

Avec l’aide de leur famille, elles ont lancé leur entreprise ce printemps. Les sœurs achètent le bois déjà coupé à leur père, qui possède une entreprise forestière, pour une somme modique.

Il nous vend le bois et il nous charge un petit montant pour le bois, puis pour la livraison, explique l’aînée du trio, Maïna. Nous, on paye le bois avec l’argent qu’on a fait avec le bois qu’on a vendu.

Les trois filles placent des morceaux de bois sur une structure circulaire pour en faire des ballots.

Les sœurs Pelletier s'occupent de former les paquets de bois avec des bûches taillées au préalable par un adulte.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Anaïs, Lou et Maïna assemblent ensemble les paquets de bûches, qu’elles vendent ensuite dans différents points de vente, comme des campings, des dépanneurs et des épiceries de la région de Baie-des-Sables.

L'Épicerie-boucherie St-Gelais, à Matane, revend le bois de la jeune entreprise. La directrice du commerce, Isabelle Fontaine, n’a pas hésité à encourager le trio.

Ça me touche l’entrepreneuriat, ça me touche les petites cocottes qui se débrouillent et qui décident entre elles autres de se créer une petite convention et de se démarquer, indique-t-elle. Je me suis dit, on peut bien leur donner une petite chance et on ne sait pas où ça va les amener.

« L’ambition des trois filles et l’entrepreneuriat au féminin, ça concordait avec mes valeurs. »

— Une citation de  Isabelle Fontaine, directrice générale de l’Épicerie-boucherie St-Gelais

En plus des points de vente, les sœurs Pelletier opèrent également un kiosque libre-service en bordure de la route 132, à Baie-des-Sables.

Une jeune fille regarde un étalage de bois.

Les sœurs Pelletier gèrent un kiosque libre-service en bordure de la route 132, à Baie-des-Sables.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Si initialement, le projet consistait seulement à gérer le kiosque, les trois filles ont finalement décidé d’élargir leur offre à différents commerces afin de maximiser leurs ventes.

Depuis le début de l’été, les sœurs Pelletier estiment avoir vendu environ deux cents paquets de bois.

Vu qu’on a plusieurs points de vente, plus le kiosque, ça fonctionne vraiment bien et avec les vacances de la construction, on espère que ça va continuer comme ça, indique Maïna.

Un apprentissage financier

C’est elle, l’aînée du trio, qui s’occupe de récolter l’argent, de faire les comptes et de communiquer avec les propriétaires des différents points de vente. Selon Maïna, avoir une petite entreprise permet à ses sœurs et elle de vivre une expérience enrichissante.

Ça nous apporte à toutes les trois la valeur de l’argent, parce que si on a tout servi sur un plateau d’argent, on n’apprendra rien, mais là on voit que si on veut de l’argent pour s’acheter des affaires, et bien il faut travailler pour, explique-t-elle.

Une jeune fille range des morceaux de bois.

Chacune des trois sœurs a un rôle dans la petite entreprise.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Maïna souligne que cette expérience lui permet de développer sa fibre entrepreneuriale, notamment en gérant un budget et un petit inventaire.

Isabelle Fontaine, de l’Épicerie-boucherie St-Gelais, souligne le professionnalisme des jeunes entrepreneuses.

La plus vieille est arrivée avec une facture détaillée, avec ce qu’elles allaient me vendre, le transport, etc. Elle est vraiment professionnelle et ça m’a beaucoup touché de la voir aller, raconte-t-elle.

Les trois sœurs aiment aussi travailler ensemble.

« J’aime ça être avec mes sœurs, j’aime ça travailler avec elles et je veux continuer de travailler avec elles. »

— Une citation de  Anaïs Pelletier, la benjamine de la famille

Maïna précise qu'elle aime inculquer les valeurs de l'entrepreneuriat et du travail à ses deux jeunes sœurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !