•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Engouement pour le nouveau fleuron des avions-citernes Canadair, le DHC-515

Un avion-citerne en train de déverser de l'eau.

Le nouveau fleuron de De Havilland, le DHC 515, est un avion-citerne capable de déverser 6000 litres d'eau en 12 secondes.

Photo : Gracieuseté : De Havilland/N.Fazos

Radio-Canada

De plus en plus de pays européens, y compris la France, souhaitent acquérir le nouveau fleuron de l'aviation canadienne : le DHC-515. Ce bombardier d'eau produit par la compagnie torontoise De Havilland est capable de déverser 6000 litres d'eau en 12 secondes.

Les bombardiers d'eau Canadair comme le CL-215 sont les avions-pompiers les plus célèbres au monde. Le plus récent, le DHC-515, figure déjà sur la liste de commandes de six pays européens, dont la France, la Grèce et l’Italie.

Nous croyons que c'est un bon marché, c'est ce qui nous a permis de prendre cette décision-là d'investir, explique le vice-président aux programmes et à l'amélioration des affaires chez De Havilland, Jean-Philippe Côté. La flotte de CL-215 vieillit avec le temps, même si ce sont des avions extrêmement robustes.

« Nous allons pouvoir remplacer certains de ces avions-là [les CL-215] avec la relance de la production. Mais aussi, avec l'augmentation du nombre de feux de forêt, les changements climatiques, on voit certains pays qui n'avaient pas acheté ces avions-là par le passé et qui commencent à nous approcher. »

— Une citation de  Jean-Philippe Côté, vice-président, programmes et amélioration des affaires, chez De Havilland

Le président français Emmanuel Macron veut acheter plus d'avions « Canadair ». On a 12 Canadair aujourd'hui. En permanence, on en a 10 à 11 qui sont utilisés. C'est inédit. Est-ce qu'il faut en avoir davantage? La réponse, de manière à peu près sûre : oui!

Après la France, l'Espagne le Portugal, c'est autour de l'île de Lesbos en Grèce d'être ravagée par les flammes. Des résidents et des touristes ont été évacués du secteur ce matin, tandis que sept avions ont été déployés pour contrôler l'incendie. Des avions citernes ou bombardiers, comme le ''Canadair'', qui se sont montrés indispensables au courant des derniers jours aux quatre coins de l'Europe. Les carnets de commandes débordent. Reportage de Gabrielle Proulx

Jean-Philippe Côté estime que le premier avion sera livré en 2026. Des 22 avions déjà commandés, nous planifions de livrer le dernier vers l'année 2029.

Cependant, les effectifs manquent, selon John Gradek, de l'Université McGill. On a besoin de 500 personnes du côté de la production pour construire l'appareil et on a à peine une dizaine ou une quinzaine de personnes à l'instant même qui sont capables de travailler sur la chaîne de montage, affirme cet expert en aviation.

Il faut trouver des gens et les former, dit-il. C'est ça, la question de l'heure : est-ce qu'on peut vraiment accélérer cette période de formation et l'embauche? C'est vraiment au gouvernement de décider de l'effort à consacrer aux politiques d'embauche, précise John Gradek.

Deux hommes travaillent sur un moteur.

Un moteur constitue 25 % de la valeur d'un avion.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Le DHC-515 sera principalement assemblé à Calgary, en Alberta. Mais sa construction devrait bénéficier à un ensemble de fournisseurs et créer des emplois dans tout le pays, selon Aéro Montréal.

Ces avions sont équipés de moteurs de Pratt and Witney Canada, fabriqués à Longueuil. Alors, on sait aussi que 25 % d'un moteur d'avion représente, en matière de valeur, 25 % du prix, explique la présidente-directrice générale d'Aéro Montréal, Suzanne Benoît.

De plus, ajoute la PDG, le DHC-515 profitera à de nombreuses entreprises. Il y a aussi toute la chaîne d'approvisionnement. Plusieurs petites PME, de plus grandes PME aussi, sont des fournisseurs, sont des sous-traitants pour le CL-415.

Avec les informations de Gabrielle Proulx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !