•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ministres de l’Agriculture au Canada s’entendent sur un cadre stratégique de 5 ans

Le silo à grain de Zenon Park, en Saskatchewan, avec un train et un champ, en mai 2022.

Le gouvernement fédéral fournira 500 millions de dollars supplémentaires au secteur pour soutenir le développement durable de l'agriculture. (Archive)

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Radio-Canada

La conférence annuelle des ministres de l’Agriculture s'est conclue vendredi avec la présentation du partenariat canadien pour une agriculture durable. Il s'agit du cadre stratégique de 5 ans élaboré par des représentants des provinces, des territoires et du gouvernement fédéral.

Le gouvernement fédéral fournira 500 millions de dollars supplémentaires au secteur pour soutenir le développement durable de l'agriculture.

Les ministres se sont également entendus pour fixer un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre entre 3 et 5 mégatonnes, notamment en réduisant des émissions causées par les engrais.

La ministre fédérale de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, se félicite des discussions et des engagements pris lors de cette rencontre. C’est important qu’on ait un objectif qui est ambitieux, indique-t-elle.

L’enjeu et l’importance que tout le monde contribue à cette consultation sont de voir de quelle façon on peut aller le plus loin possible dans cette direction-là, avance-t-elle.

L’Alberta et la Saskatchewan préoccupées

L'objectif de réduction des gaz à effet de serre préoccupe toutefois les gouvernements de la Saskatchewan et de l'Alberta, chose qu'ils ont fait savoir par voie de communiqué conjoint.

Le directeur du laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire à l’Université Dalhousie, Sylvain Charlebois, soutient que la cible du gouvernement fédéral en matière de gaz à effet de serre est trop ambitieuse.

Il estime que cela pourrait pousser certains producteurs à se tourner vers la production de protéines végétales.Ce qu’on tente de faire, c’est qu'on ne veut pas nécessairement inciter les producteurs à produire différemment, explique M.Charlebois.

On veut forcer les provinces à réorienter leurs secteurs agricoles et favoriser certains secteurs versus d’autres.

Avec les informations de Noémie Rondeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !