•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Coupes du monde de vélo à Québec et au Mont-Sainte-Anne ont besoin de bénévoles

La Coupe du monde de vélo de montagne se déroule jusqu'au 6 août.

À cause de la pandémie, les Coupes du monde de vélo de montagne au Mont-Sainte-Anne de 2020 et de 2021 ont été annulées.

Photo : Radio-Canada

Deux coupes du monde de vélo - vélo de montagne et paracyclisme - auront lieu début août, dans la région de la Capitale-Nationale. Si les préparatifs vont bon train, les organisateurs craignent de manquer de bras.

Il nous en faudrait 400-500 et là, il nous en manque 10 % environ, révèle Marianne Pelchat, la productrice déléguée de la Coupe du monde UCI de vélo de montagne.

Après avoir été annulé deux ans de suite à cause de la pandémie, le Vélirium fait son grand retour. Il se déroulera du 5 au 7 août au Mont-Sainte-Anne. En plus des besoins de volontaires, l’équipe dirigeante a toujours des postes contractuels à pourvoir.

Sur les 60-70 postes qu’on a à offrir, il nous en manque une trentaine. Ce sont principalement des postes de manœuvres, d’employés journaliers sur le terrain pour l’aménagement du site. Des postes plutôt physiques, poursuit Marianne Pelchat.

Foule à la coupe du monde de vélo de montagne

En moyenne, la Coupe du monde de vélo de montagne au Mont-Sainte-Anne attire 25 000 spectateurs.

Photo : Radio-Canada

Pour les recruter, les responsables du Vélirium mettent les bouchées doubles.

On fait le tour des événements qui ont eu lieu avant, comme le FEQ, on passe par des agences de placement, on diffuse des messages sur les réseaux sociaux, on reprend toutes nos banques de données. On a des gens en interne qui ne font que ça présentement, rapporte la productrice déléguée.

Elle assure que cette pénurie de main-d'œuvre ne remet pas en cause la tenue de la coupe du monde : Tout sera prêt pour le 2 août pour l’arrivée des participants. C’est le 2 août que ça commence pour nous.

Populariser le paracyclisme

Les organisateurs de la Coupe du monde sur route de paracyclisme sont également en train de finaliser les derniers détails; eux aussi recherchent des bénévoles. En milieu de semaine, 170 personnes s’étaient engagées à prêter main forte.

On en a besoin de 250-275 au total, indique Ian Beaulieu, le président-directeur général de Gestion SPACT, avant de préciser les fonctions où les manques sont les plus criants.

Il nous faut du monde pour faire de la signalisation sur les parcours, pour le montage et le démontage du site. On a aussi besoin de conducteurs sur le circuit pendant les courses pour transporter des commissaires, le médecin de course, etc. C’est une belle façon de vivre les courses de l’intérieur, souligne-t-il.

Un cycliste sur un vélo adapté pour une personne handicapée en train de rouler sur une route de campagne.

Proposer la Coupe du monde sur route de paracyclisme à Québec est un bon moyen, pensent les organisateurs, de mieux faire connaître ce sport dans la région.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Québec accueille cette coupe du monde pour la première fois. Les athlètes en provenance de 35 pays s’affronteront du 4 au 7 août, à Charlesbourg, dans le secteur de la polyvalente, de l’Arpidrome et du quartier Bourg-Royal.

Ce rendez-vous sera l’occasion de braquer les projecteurs sur une discipline méconnue. En général, les sports para ne sont pas très visibles et le paracyclisme ne fait pas exception, constate Ian Beaulieu.

Camille Marchand, directrice adjointe aux événements, communications et marketing chez Adaptavie, associée à l’organisation de cette coupe du monde à Québec, trouve cela dommage.

On a tellement de beaux sports adaptés partout dans la province. Il y a 10 ans, c’était juste du basketball en fauteuils roulants. Maintenant, ce n’est plus du tout ça, confie-t-elle.

Les blocs de béton mobilisés pour le pape

La venue du pape a donné du fil à retordre à Ian Beaulieu et son équipe. En raison de cette visite, la Ville n’était pas en mesure de leur livrer dans les temps une partie de l’équipement nécessaire.

Le gros enjeu, ça a été les blocs de béton. On en a besoin d’une grande quantité pour hisser les chapiteaux, renseigne-t-il.

Afin d’assurer la sécurité du souverain pontife, la municipalité se sert de ses blocs.

Les blocs de béton, ça ne se déplace pas et ne se transporte pas aussi facilement qu’on voudrait. Il nous a fallu en trouver par nos propres moyens. L’entreprise Béton sur mesure, à Québec, leur en fournit 72 gracieusement.

Hasard du calendrier, ces deux événements se tiendront en même temps. Tant du côté du Vélirium que de celui de la Coupe du monde sur route de paracyclisme, on ne soulève aucun problème.

Ça va être une célébration du vélo sous toutes ses formes, considère Marianne Pelchat.

On ne s’adresse pas à la même clientèle. Nous, on va plus attirer une clientèle intéressée par les courses sur route, ajoute Ian Beaulieu.

Tous les deux promettent de grands moments. La descente [programmée le 6 août] est une épreuve spectaculaire. C’est spectaculaire de voir les coureurs s’élancer du haut de la montagne et la descendre à près de 80km/h, affirme Marianne Pelchat.

Ian Beaulieu met en avant la course à relais, prévue le 5 août. Elle est toujours impressionnante avec trois coéquipiers par équipe qui font une petite boucle et se relaient à tous les tours. Ça bouge tout le temps. C’est super excitant, comme une course automobile.

Toutes les épreuves présentées à Charlesbourg et au Mont-Sainte-Anne sont gratuites et ouvertes à tous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !