•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vacances de la construction mieux payées dans l’Est-du-Québec

Un ouvrier sur une charpente de toit.

Instaurées il y a 50 ans, les vacances de la construction ont été mises en place dans le but d'harmoniser la gestion des congés (archives).

Photo : Shutterstock

La cloche des vacances a sonné pour les quelque 9000 travailleurs et entrepreneurs de la construction de l’Est-du-Québec. La majorité d'entre eux ont mis de côté leurs outils, vendredi, pour entamer leurs semaines de vacances. Cette année, les indemnités liées à ces congés sont plus élevées, tout comme les heures travaillées.

La Commission de la construction du Québec (CCQ) a versé 9450 chèques aux travailleurs des trois régions de l'Est, en juin, pour une somme totalisant près de 31 millions de dollars.

L'an dernier, ce montant s'élevait à 27 millions de dollars.

Chèques de vacances remis aux travailleurs de la construction

Région

Nombres de chèques en 2021

Montant remis en 2021

Nombres de chèques en 2022

Montant remis en 2022

Côte-Nord

2393

8,2 M$

2658

9,7 M$

Bas-Saint-Laurent—Gaspésie

6419

18,7 M$

6792

21,4 M$

Total au Québec

169 981

503 M$

181 804

553,4 M$

À l’échelle du Québec, la valeur totale des indemnités de vacances remises aux travailleurs a augmenté de 10 % comparativement aux montants versés l'été dernier, qui s'élevaient à 503 millions de dollars.

Plus d'heures travaillées

Dans l'Est-du-Québec, une hausse de l'activité de 15 à 20 % a été observée sur les chantiers par rapport à l’an dernier.

On a eu une croissance des heures travaillées, donc ça a eu un impact direct sur les chèques de vacances, explique le coordonnateur de la section Nord-Est de l'ACQ, Alain Bourassa.

Alain Bourassa.

Alain Bourassa indique qu'il y a une corrélation entre le nombre d'heures travaillées et le montant des chèques (archives).

Photo : Gracieuseté de Alain Bourassa

La plupart de ces heures travaillées ont été effectuées dans les secteurs institutionnel et résidentiel.

En 2019, on voyait qu’il y avait déjà un besoin de rénover nos écoles, de construire davantage de CHSLD qui sont transformés en maisons des aînés. À la suite de la pandémie, le gouvernement a pesé sur le bouton d’accélération de ces projets, ce qui a fait en sorte que ça a explosé les heures travaillées, rappelle le porte-parole de l'ACQ, Guillaume Houle.

Guillaume Houle.

Guillaume Houle confirme que le taux d'activité continuera de croître dans les prochaines années (archives).

Photo : Radio-Canada

Sur la Côte-Nord, Alain Bourassa mentionne que des projets majeurs récents, tels que les travaux sur le site de la mine du lac Bloom, la réfection de la route 389 et la construction des maisons des aînés, ont fait augmenter le nombre d’heures travaillées.

Une des maisons a été construite du côté de Havre-Saint-Pierre et une autre du côté de Baie-Comeau. Ce sont des projets majeurs dans le nord-est du Québec, note-t-il.

M. Bourassa qualifie la croissance des travaux de construction au Québec d'exceptionnelle.

Des vacances plus qu'importantes

Instaurées il y a 50 ans, les vacances de la construction ont été mises en place dans le but premier d'harmoniser la gestion des congés.

Dans le secteur de la construction, on travaille très fort. C'est entre le mois d’avril et le mois d’octobre que les travailleurs œuvrent le plus sur les chantiers. On en demande beaucoup, ce sont des travaux physiques et par les temps qui courent, la chaleur est accablante, donc ça devient lourd sur le corps et l’esprit, soulève M. Houle.

« Ce sont deux semaines de repos pour reprendre des forces, se remettre en forme et revenir la tête paisible pour la fin de l’année. »

— Une citation de  Guillaume Houle, porte-parole de l'Association de la construction du Québec
Des travailleurs de la construction sur un toit en chantier.

Les vacances de la construction permettent aux travailleurs de se reposer (archives).

Photo : Todd Korol/Reuters

Il constate d'ailleurs que les travailleurs de la construction auront bien besoin de vacances cette année, puisque beaucoup de travail les attend à la réouverture des chantiers le 8 août. Les carnets de commandes des entrepreneurs sont déjà bien garnis.

« Quand on regarde pour les 10 prochaines années, le niveau d’activité devrait demeurer très élevé dans toutes les régions du Québec. »

— Une citation de  Guillaume Houle, porte-parole de l'Association de la construction du Québec

Pour arriver à répondre à la demande, l'embauche de relève sera nécessaire. L’ACQ évalue qu’il manque environ 20 000 travailleurs pour les 10 prochaines années, dont 500 dans l’Est-du-Québec.

Des vacanciers au rendez-vous, mais moins nombreux

Chaque année, les vacances de la construction riment avec une hausse d’achalandage dans le secteur touristique.

Les vacances de la construction viennent marquer une belle période propice à l’affluence touristique sur le territoire principalement de la clientèle québécoise, mais ça marque aussi le cœur de la saison touristique. Il va y avoir du monde dans les deux prochaines semaines et pour les deux suivantes aussi, explique la directrice du marketing et des communications de Tourisme Gaspésie, Stéphanie Thibaud.

Portrait de Stéphanie Thibaud devant un micro de radio.

Stéphanie Thibaud espère que la saison touristique s'étendra jusqu'au mois d'octobre (archives).

Photo : Radio-Canada / Elise Thivierge

Les acteurs de l'industrie touristique estiment que les visiteurs seront au rendez-vous dans les deux prochaines semaine, mais qu'ils seront moins nombreux que pendant la pandémie.

« On n'atteindra pas les taux d'affluence des deux dernières années de pandémie où presque 100 % de la population voyageait au Québec.  »

— Une citation de  Stéphanie Thibaud, directrice du marketing et des communications de Tourisme Gaspésie

Cependant, avec le retour de la clientèle internationale, le taux d'achalandage pourrait être semblable à celui de 2018 et de 2019 en Gaspésie, années durant lesquelles la région a accueilli environ 500 000 visiteurs entre mai et septembre.

On a accentué nos efforts de promotion, toute la partie Ontario aussi qui est au rendez-vous, donc on se croise les doigts, on espère que ça va bien aller, mais ce que les gens sur le territoire nous disent, c’est que ça va quand même assez bien et ça reste que c'est quand même positif, lance-t-elle.

Mme Thibaud rappelle qu'il reste encore quelques places dans les différents lieux d’hébergement de la région.

Avec la collaboration de Catherine Paquette et les informations de Djavan Habel-Thurton et d'Alice Proulx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !