•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cibler les chantiers routiers « abandonnés » pour limiter les embouteillages

Un homme se tient debout sur un tronçon de route en travaux.

Mark Tenaglia, chef du Downsview-Roding Neighbourhood Group, affirme que les résidents en ont assez des embouteillages causés par les chantiers de construction qui semblent en pause allongée.

Photo : CBC/Mike Smee

Radio-Canada

Un conseiller municipal de Toronto veut s'attaquer à l'une des choses qui frustre le plus les automobilistes : les embouteillages causés par des voies fermées alors qu'il n'y a pas de travaux en cours.

La motion de James Pasternak, qui a été approuvée par le conseil municipal cette semaine, appelle les employés municipaux à s'attaquer aux projets de construction de routes qui ferment des voies presque indéfiniment.

Nous voyons de plus en plus de chantiers de construction sans surveillance partout en ville, indique la motion de M. Pasternak, qui représente le quartier York Centre - Downsview.

Mon bureau a reçu des plaintes de nombreux électeurs exprimant des inquiétudes concernant des chantiers apparemment vacants, parfois jonchés d'outils, de machinerie et de matériaux de construction.

Un homme en habit.

Le conseiller James Pasternak siège notamment au comité d’infrastructures de la Ville de Toronto.

Photo : Radio-Canada

La motion du conseiller demande au personnel d'examiner tous les projets routiers en accordant une attention particulière à ce qu'il appelle les chantiers de construction abandonnés et de s'assurer que les équipes respectent les échéanciers présentés à la Ville.

Nous avons besoin de passer à l'action, dit James Pasternak, qui brandit la menace d’amendes ou de pertes de contrat pour les chantiers en suspens.

C'est dangereux

Un des groupes qui a approché James Pasternak est le Downsview-Roding Community Group, dirigé par Mark Tenaglia, qui vit près de l'avenue Wilson, entre les rues Keele et Jane.

M. Tenaglia affirme que les embouteillages sont quotidiens dans ce secteur et durent toute la journée, car deux des quatre voies de la route ont été fermées pour entretien depuis environ un mois.

« On en a vraiment marre. Vous pouvez imaginer les gens qui rentrent du travail, bloqués sur ce tronçon de route de deux kilomètres pendant une demi-heure, voire plus. »

— Une citation de  Mark Tenaglia, dirigeant du Downsview-Roding Community Group

En plus des tracas pour les conducteurs, MM. Tenaglia et Pasternak disent tous deux que les routes embouteillées peuvent gêner les véhicules d'urgence. Mark Tenaglia indique l’entrée d'un centre des services paramédicaux de Toronto sur l'avenue Wilson, dont l'accès est régulièrement bloqué par la circulation.

C'est dangereux, souligne-t-il. Imaginez que vous ayez des services d'urgence qui essaient de traverser ce tronçon de route avec toute cette construction.

M. Tenaglia s'inquiète également du fait que des conducteurs frustrés quittent l’avenue Wilson en trombe pour utiliser des rues résidentielles voisines.

Il dit que l'avenue Wilson n'est pas la seule rue du quartier qui semble avoir été fermée sans raison.

Une voie de circulation fermée et une autre remplie de véhicules.

Cette voie fermée se trouve sur la rue Jane au niveau de l'autoroute 401.

Photo : CBC/Mike Smee

Nous avons beaucoup de travaux de construction dans les rues latérales, pour la tuyauterie, les égouts et des choses comme ça, constate-t-il.

Ils ont retiré les tuyaux, en ont mis de nouveaux, mais les rues ne sont pas nécessairement refaites. Vous avez donc des conditions de conduite horribles et beaucoup de chantiers qui sont en quelque sorte laissés en suspens.

Les voies sont fermées par sécurité, disent les constructeurs routiers

Certains affirment que la construction de routes fait partie de la vie normale à Toronto.

Je sais que nous devons mettre les services à niveau, admet Mark Tenaglia.

C'est quand nous avons un site abandonné depuis je ne sais combien de temps que ça crée un risque pour la communauté, déclare-t-il.

 C'est simplement inacceptable.

L'Association ontarienne des constructeurs routiers (ORBA) nie que les chantiers soient abandonnés. Elle affirme que les fermetures de voies ne se produisent qu'avec un permis d'occupation de rue de la Ville, et que, si les voies sont fermées, c'est généralement pour des raisons de sécurité.

La sécurité des travailleurs et du grand public est la priorité absolue de toutes les parties, déclare John Savoia, président du comité de santé et de sécurité de l'ORBA, dans un communiqué.

Toutes les fermetures de voies sont là pour protéger quelque chose ou quelqu'un, pendant les heures de travail ou après.

Quant à la fermeture de l’avenue Wilson, le personnel de la Ville assure que les maux de tête des automobilistes devraient se terminer bientôt.

L'entrepreneur de la Ville a rencontré des problèmes lors de la mise à niveau du système d'égout pluvial et sanitaire qui passe sous l'avenue Wilson, indique le communiqué.

Pour assurer la sécurité des travailleurs et des résidents, la construction a été interrompue et les plans ont été révisés. Les travaux devraient reprendre dans deux semaines et être terminés dans trois mois.

Avec les informations de Michael Smee, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !