•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Vancouver : 1 $ par résident pour une action collective contre l’industrie fossile

Plan aérien du centre ville de Vancouver.

Vancouver est la première ville au Canada à adopter la motion concernant le financement d'une action collective envers l'industrie pétrolière et gazière.

Photo : Radio-Canada / ALEXANDRE LAMIC

Radio-Canada

Dans un vote de 6 contre 5, la Ville de Vancouver a adopté une motion pour allouer des fonds à un futur recours collectif contre les compagnies pétrolières et gazières pour leur rôle dans la crise climatique. Le conseil municipal devient ainsi le premier au Canada à enclencher une telle mesure.

J’ai appuyé [cette motion] puisque je crois qu’il est temps que le fardeau des changements climatiques cesse d’être uniquement sur les épaules des contribuables et que les entreprises pétrolières et gazières paient leur juste part, indique le maire de Vancouver, Kenney Stewart, dont le vote a été décisif.

Le conseil municipal allouera ainsi un financement de près de 700 000 dollars, à raison d’un dollar par citoyen, pour un recours collectif contre des entreprises telles que Shell et Exxon afin qu’elles reconnaissent leur rôle dans la crise climatique.

« Je pense que dans ce cas-ci, l’impact des émissions de gaz sur les changements climatiques est assez clair. »

— Une citation de  Kennedy Stewart, maire de Vancouver

Il rappelle que les changements climatiques ont un impact direct sur Vancouver, citant en exemple la destruction de la piscine de Kitsilano lors d'une importante tempête ou encore des bris du Seawall, et que ces réparations sont payées par les contribuables.

L’initiative est née d’une d’une coalition d'organisations et d'individus de la Colombie-Britannique, la campagne Sue Big Oil, qui demandent aux gouvernements locaux de la province de financer une action collective à l’instar de celle intentée contre les géants du tabac et de grandes pharmaceutiques.

Une route sur le bord de la mer est morcelée.

La promenade du bord de mer, au parc Stanley, a été fortement endommagée par endroit lors des tempêtes et des grandes marées de janvier 2022.

Photo : offert par Bernie Steininger

Nous espérons que d’autres villes et municipalités emboîteront le pas et engageront les meilleurs avocats pour ce type de poursuite, explique l’avocat Andrew Gage de West Coast Environnemental Law, l’un des groupes à l’origine de la campagne.

Pour le moment, l’idée est d’amener d’abord les communautés à se mobiliser pour ensuite poursuivre les compagnies pétrolières et gazières pour leur rôle dans les changements climatiques.

La campagne pourrait prendre du temps à donner des résultats, admet le porte-parole de Georgia Straight Alliance, Andrew Radzik, elle aussi membre de la coalition. Il compte cependant sur un changement dans la façon dont les gouvernements et les investisseurs traiteront les entreprises de combustibles fossiles si celles-ci sont visées par un tel recours collectif.

Nous voulons les voir rendre des comptes [...] la raison pour laquelle elles génèrent autant d’argent, c’est parce qu’elles vendent leurs produits qui sont nuisibles, mais sans avoir à assumer le coût [des conséquences], estime Andrew Radzik.

Cette nouvelle mesure de la Ville de Vancouver fera partie du prochain budget du conseil municipal, déposé après les élections municipales du 15 octobre. La motion pourrait donc devenir un enjeu électoral lors de la prochaine campagne dans la métropole.

Avec des informations de Raluca Tomulescu, Benoit Ferradini et Baneet Braich

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !