•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pêches : le mécanisme d’établissement des prix sera révisé à T.-N.-L.

Des crevettes fraîches dans un bac sur un quai.

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador lance une révision indépendante du mécanisme d’établissement des prix dans l'industrie provinciale des pêches (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Le processus controversé servant à déterminer le prix payé aux pêcheurs pour leurs prises par les transformateurs de produits marins à Terre-Neuve-et-Labrador sera révisé.

Le ministre provincial de l'Environnement, Bernard Davis, a annoncé jeudi par communiqué une révision indépendante de cette méthode de négociation collective qui fait l’objet d’une loi.

Il m’incombe, en tant que ministre responsable du travail, d’assurer que nous avons une loi qui répond aux besoins de l’industrie, souligne M. Davis, cité dans le communiqué.

L’annonce survient après des semaines de querelles entre les pêcheurs et les transformateurs. Une impasse dans l’industrie de la crevette a retardé cette pêche.

Le gouvernement a aussi annoncé récemment un service de médiation dans l’espoir de régler les tensions entre le syndicat des pêcheurs FFAW-Unifor et l’association provinciale des transformateurs de produits marins.

Le ministre provincial des Pêches, Derrick Bragg, également cité dans le communiqué, estime qu’un moyen efficace de détermination des prix est essentiel pour que la pêche commence au moment opportun et qu’elle profite au maximum à la province.

Derrick Bragg espère que la révision mènera à un moyen d’améliorer la détermination des prix d’une façon satisfaisante pour les pêcheurs et les transformateurs.

David Conway dirige la révision

David Conway, ancien président du conseil provincial des normes du travail, est chargé de la révision. Il doit consulter les pêcheurs et les transformateurs, préparer un rapport et faire les recommandations qu’il juge appropriées.

La méthode en vigueur à l’heure actuelle a été adoptée en 2006. En gros, le gouvernement nomme trois personnes à un comité. Ce dernier intervient afin d’établir les prix et les conditions de vente si les pêcheurs et les transformateurs n’arrivent pas à s’entendre à ce sujet.

Durant ce processus, les transformateurs et les pêcheurs soumettent chacun leur propre recommandation pour un prix. Le comité prend ensuite une décision, qui est contraignante pour les deux parties. En effet, la loi les empêche de faire la grève ou de déclencher un lock-out en raison de la décision.

Le tout fait l’objet d’un examen attentif cette année en raison de la grande fluctuation des conditions du marché pour certaines espèces, dont le crabe et la crevette.

Avec les renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !