•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le monarque placé sur la liste des espèces en danger

Un papillon monarque posé sur une main.

On craint pour la survie des populations de monarques, qui ont grandement diminué ces dernières années.

Photo : iStock / Santo Salvarez

Radio-Canada

Le papillon monarque a été mis sur la Liste rouge des espèces en danger en raison des changements climatiques et de la destruction de son habitat, a révélé jeudi l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Des millions de papillons Danaus plexippus empruntent deux routes migratoires sur le continent nord-américain au printemps et à la fin de l’été : une à l’ouest des Rocheuses et une à l’est, où les papillons sont beaucoup plus nombreux. Ces corridors s’étendent sur 4 000 km entre, d'une part, le sud du Canada et, d'autre part, le sud de la Californie et le centre du Mexique.

Selon l’UICN, le monarque a vu sa population totale diminuer d'entre 22 % et 72 % au cours de la dernière décennie. L’organisation affirme que la population passant par l’ouest est la plus menacée d'extinction, puisqu'elle a baissé d'environ 99,9 %, passant de 10 millions à 1914 papillons entre les années 1980 et 2021. La population de l’est, plus importante, a également chuté, de 84 % entre 1996 et 2014.

La présente mise à jour de la Liste rouge souligne la fragilité des merveilles de la nature, telles que le spectacle unique des papillons monarques migrant sur des milliers de kilomètres, a déclaré le Dr Bruno Oberle, directeur général de l'UICN, cité dans un communiqué.

Éviter l'extinction

On se demande toujours si suffisamment de papillons survivront pour maintenir les populations et éviter l'extinction.

Les trois causes principales qui expliquent le déclin du monarque :

  • Les changements climatiques causent plus d’événements météorologiques comme des tempêtes et des sécheresses pendant la migration automnale.
  • Le recours aux pesticides détruit les asclépiades qui avoisinent souvent les champs agricoles. Cette plante est indispensable au cycle de vie du monarque, puisqu’elle constitue l’unique source de nourriture des chenilles.
  • Au Mexique, les coupes forestières illégales ont mené à une perte d’habitat des papillons dans ce pays.

Il est douloureux de voir les papillons monarques et leur extraordinaire migration vaciller au bord de l'effondrement, souligne Anna Walker, de la New Mexico BioPark Society, qui a dirigé l'évaluation des papillons monarques.

La question de savoir s'il reste suffisamment de papillons pour maintenir les populations et empêcher leur extinction demeure préoccupante, alerte l'UICN.

Mobilisation accrue

Pour Anna Walker, il existe des signes d'espoir dans la mobilisation du public et des organisations pour essayer de protéger ce papillon et ses habitats.

Créée en 1964, la Liste rouge compte 902 espèces aujourd'hui éteintes et 82 espèces éteintes à l'état sauvage.

En juin dernier, l’écologiste Andy Davis et ses collègues de l’Université de la Georgie ont publié une étude dont les conclusions tendaient à tempérer les craintes sur la chute des populations du papillon.

Selon les chercheurs, ces données montrent que la croissance de la population pendant l'été compense les pertes hivernales de papillons.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !