•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marcher 275 km pour soutenir les survivants des pensionnats

Des marcheurs commencent leur périple.

Le départ a été donné autour de 10 h 20 à Mashteuiatsh.

Photo : Radio-Canada / Béatrice Rooney

Radio-Canada

Treize Autochtones issus de plusieurs communautés ont entamé une marche de près de 275 kilomètres entre Mashteuiatsh et Québec, en vue de la venue du pape François au pays.

Il s’agit d’une grande marche de solidarité pour que les traumatismes vécus par des membres des Premières Nations du Québec forcés de vivre dans des pensionnats ne soient jamais oubliés.

On le fait d’abord pour les survivants et les survivantes des pensionnats. Pour nous, c’est important de se ramener à ça d’abord, explique Jay Launière-Mathias, directeur général de l'organisme Puamun Meshkenu, l'instigateur de la marche. Le jeune homme a d'ailleurs eu la douleur de perdre son grand-père dans les heures précédant le périple.

« On sait qu’il y a beaucoup d’engouement autour de la visite du pape, mais c’est important de se rappeler la raison pour laquelle il vient au pays. C’est pour présenter ses excuses; et ce dont on avait envie, c’est d’avoir un mouvement de solidarité. »

— Une citation de  Jay Launière-Mathias, directeur général de Puamun Meshkenu
Des gens se tiennent par le cou devant l'assemblée dans le centre communautaire.

Une cérémonie touchante a eu lieu juste avant le départ de la marche.

Photo : Radio-Canada / Béatrice Rooney

Une cérémonie empreinte d'émotion a eu lieu juste avant le départ. Des aînées de la communauté avaient aussi fabriqué des objets représentatifs pour l'occasion.

Des femmes fabriquent des objets sur une table.

Des aînées de la communauté ont confectionné des objets symboliques pour les marcheurs.

Photo : Radio-Canada / Béatrice Rooney

Les marcheurs devaient partir de l'ancien pensionnat de Pointe-Bleue, aujourd’hui l’École secondaire Kassinu Mamu, vers 9 h, mais la météo a changé les plans. Ils ont plutôt pris le départ du centre communautaire de l'endroit vers 10 h 20.

Trois personnes s'apprêtent à partir pour la grande marche.

L'organisateur de la marche, Jay Launière-Mathias, a fièrement entamé la marche avec d'autres vaillants pèlerins.

Photo : Radio-Canada / Béatrice Rooney

Rencontrées peu avant le départ, des participantes ont expliqué à quel point ce pèlerinage était important pour elles.

« On entend beaucoup, ces temps-ci, que les pensionnats ont été là pendant sept générations et que ça va en prendre sept autres pour qu’on puisse se relever. J’ai décidé que non. J’ai décidé que ça s’arrêtait avec moi. »

— Une citation de  Une participante à la marche

Ma mère est allée au pensionnat. Elle a vécu des affaires et ça s’est transmis en générations, du côté psychologique et tout. J’ai parfois l’impression qu’il y a des parties de moi qui sont blessées, a raconté une jeune femme de Mashteuiatsh.

Les marcheurs parcourront 275 kilomètres en sept jours et arriveront à Wendake le 26 juillet, la veille de l'arrivée du pape François à Québec.

Avec les informations de Louis Martineau et de Béatrice Rooney

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !