•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des trouvailles surprenantes lors d’une fouille archéologique aux Bergeronnes

Une rare pointe en os retrouvée au cours de fouilles aux Bergeronnes.

Une rare pointe en os retrouvée au cours de fouilles aux Bergeronnes.

Photo : Gracieuseté du Centre Archéo Topo

Radio-Canada

Le Centre Archéo Topo a fait une découverte importante sur le site de la Pointe-à-John aux Bergeronnes : un outil fait d'une pointe d'os. L’objet a été trouvé dans le cadre de fouilles archéologiques dirigées par le Centre, en collaboration avec l'Université du Québec à Chicoutimi et le ministère de la Culture et des Communications.

Selon l'archéologue Noémie Plourde, l'outil daterait de 3000 à 5500 ans.

L'équipe d'archéologues devra maintenant en faire l’analyse en laboratoire. Ça va nous permettre d’avoir une bonne idée de ce qui s’est passé sur ce site, explique Noémie Plourde.

L'archéologue affirme que le site de la Pointe-à-John est extrêmement riche en artéfacts. L'endroit était fréquenté par les Innus qui y chassaient des mammifères marins au printemps, d'où la forte présence d'ossements de phoque.

Mme Plourde ajoute qu'on ne trouve généralement pas d'objets en os et en bois, puisque les sols les détruisent.

« Retrouver des outils en os, wow! C'est vraiment impressionnant. »

— Une citation de  Noémie Plourde, archéologue

C’est quand même assez rare qu’on trouve des ossements dans un sol au Québec, étant donné que le sol est acide. Sur ce site, la différence, c’est qu’il y a tellement eu d’ossements, il y a tellement eu de dépeçage que ça a changé le pH dans le sol, raconte l'archéologue.

Ça donne souvent l'impression que les Premières Nations à l’époque n'utilisaient que la pierre, ce qui est totalement faux. C'est juste qu'on ne retrouve pas les objets en os, explique-t-elle.

Des milliers d'artéfacts ont été découverts depuis le début du mois de juillet grâce à ces travaux, principalement des os. Cinq étudiants et trois archéologues participent aux fouilles sur le site.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !