•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

AHS aurait ignoré des propos racistes d’une gestionnaire, selon deux médecins autochtones

Le Dr James Makokis pose dans une salle d’examen.

Le Dr James Makokis a été « choqué, embarrassé et en colère » lorsqu'il a vu le courriel d'Ellen Toth indiquant notamment qu'un médecin remplaçant était « probablement noir ».

Photo : Radio-Canada / Terry Reith

Radio-Canada

Deux médecins autochtones affirment que Services de santé Alberta (AHS) n’a pas tenu compte de leurs préoccupations concernant des courriels jugés racistes et inappropriés d’une gestionnaire, notamment au sujet de la visite du pape François en Alberta.

Selon les courriels obtenus par CBC News, un médecin remplaçant s'est inscrit en mars au programme Indigenous Wellness Core d’AHS pour remplacer le Dr James Makokis dans une clinique de la Nation crie de Kehewin, à 240 kilomètres au nord-est d'Edmonton.

La Dre Ellen Toth, administratrice d’AHS chargée de veiller à ce que les communautés autochtones bénéficient d'une couverture médicale, a transmis le formulaire de demande à ses collègues, en ajoutant ce commentaire : CV plutôt impressionnant… Un diplôme de l'Université de l'Alberta... probablement Noir.

Je vais lui parler, essentiellement pour me faire une idée si elle a un mauvais accent (j'en doute, puisqu'elle est passée par l'Université de l'Alberta), ajoute la Dre Toth dans le courriel à propos du médecin remplaçant, qui est en fait un homme.

Selon le Dr James Makokis, le seul médecin de famille de la Nation crie de Kehewin, les commentaires d’Ellen Toth ont été inclus dans une réponse au médecin remplaçant.

Le Dr Makokis a été choqué, embarrassé et en colère lorsqu'il a vu le courriel et s'est excusé auprès du médecin remplaçant. Il a répondu à Ellen Toth et aux autres destinataires que le message était raciste.

J'assume l'entière responsabilité de mon racisme inné, qui ne devrait pas être une surprise étant donné mes yeux bleus et mes origines, a répondu Ellen Toth au groupe de personnes qui avaient reçu le courriel.

Elle a ajouté qu'elle considérait le fait qu'un médecin soit noir comme un attribut positif, précisant qu'un accent important pouvait poser un problème pour les patients.

Durant les deux mois qui ont suivi l’échange, le Dr James Makokis a tenté de faire part de ses préoccupations aux dirigeants d’AHS.

Le fait que la Dre Ellen Toth soit toujours à la tête d'un programme de soins de santé destiné aux Autochtones a miné sa confiance dans la capacité de l'organisation à réagir de manière appropriée aux incidents racistes, affirme-t-il.

Dans un courriel envoyé le 24 juin au Dr Makokis et à plusieurs autres personnes, le Dr Mark Joffe, un vice-président d’AHS, a qualifié le message d’Ellen Toth de très inapproprié et raciste, mais a ajouté que les mesures appropriées ont été prises.

Vendredi, Kerry Williamson, porte-parole d’AHS, a indiqué à CBC News que l'organisation avait mené une enquête interne et avait dit à la Dre Toth que son message était inacceptable. Il n'a cependant pas voulu dire si elle avait fait l'objet de mesures disciplinaires, affirmant qu'il s'agit d'une affaire qui relève des ressources humaines.

Ellen Toth n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

Selon la psychologue Helen Ofosu, présidente d’I/O Advisory Services, une société d'Ottawa spécialisée dans l'aide aux organisations en vue d'améliorer l'équité, la diversité et l'inclusion, ces messages intolérants nuisent non seulement à la personne visée, mais aussi à ses collègues, qui craignent d'être victimes de discrimination.

Une demande dérangeante

Les inquiétudes du Dr Makokis ont continué lorsque la Dre Ellen Toth a envoyé un autre courriel, le 24 juin, au sujet d'une demande urgente pour que les médecins se portent volontaires pendant la visite du pape François en Alberta, du 24 au 27 juillet.

Si vous n'avez pas encore d'obligation, combien de temps pouvez-mous nous consacrer, demandait-elle dans le courriel envoyé à une soixantaine de médecins travaillant dans les services de santé autochtones de la province.

Selon le Dr Makokis il s'agissait d'une demande inquiétante et inappropriée à envoyer à ce groupe de médecins, dont certains sont Autochtones, considérant leur passé avec l’Église.

Dans un courriel du 25 juin, le Dr Mark Joffe a indiqué qu’AHS doit se préparer à tous les grands rassemblements, tels que les concerts de Garth Brooks et le Stampede de Calgary, et que les médecins peuvent choisir de participer ou non. Mais, en fin de compte, il s'agit d'être prêt et d'appuyer les participants, et non pas de connaître l'opinion de chacun à ce sujet, a-t-il écrit.

Le Dr Mark Joffe n'a pas répondu à une demande d'entrevue.

Nous sommes très conscients du traumatisme que cet événement émotionnel peut causer et nous pensons que le fait que des professionnels de la santé autochtones apportent leur aide et leur soutien aux peuples autochtones à un moment qui peut être difficile peut être utile, précise un courriel de la province.

Selon Helen Ofosu, la réponse insensible d’AHS aux préoccupations des médecins montre que les responsables ne comprennent pas suffisamment l'histoire et les effets traumatiques des pensionnats.

Les dirigeants d’AHS auraient dû consulter des Autochtones sur la façon de demander l'aide des médecins pour un tel événement, estime-t-elle.

Avec les informations de Janet French

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.