•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médecin ontarien radié : il a traité des cas de cancer avec des remèdes non autorisés

Le Dr Akbar Khan est contraint de fermer sa clinique et de payer les honoraires des avocats de la partie adverse.

Une photo professionnelle du Dr Akbar Khan tirée du site web de sa clinique.

Le Dr Akbar Khan ne pourra plus jamais pratiquer la médecine familiale à la suite d'un jugement du Tribunal disciplinaire de l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario.

Photo : Site web de la clinique Medicor Cancer Centres

Le Dr Akbar Khan a perdu son permis de pratique après avoir été reconnu coupable d'incompétence en février. Dans un récent jugement, le Tribunal disciplinaire de l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario lui ordonne par ailleurs de fermer sa clinique torontoise.

Le Tribunal disciplinaire avait accusé le Dr Khan de frôler le charlatanisme dans sa décision publiée sa plus tôt cette année.

Correction

Le Dr Khan n'a jamais prescrit d'huile de serpent comme le laissait entendre le titre original de ce texte (Un médecin ontarien radié à vie : il a offert de l’huile de serpent contre le cancer).

Le jugement du Tribunal disciplinaire de l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario utilisait la comparaison avec de l'huile de serpent, une expression anglaise associée au charlatanisme. Le texte a été modifié pour refléter le fait que le Dr Khan offrait des traitements alternatifs, dont la naltrexone à faible dose (LDN) et l'acide dichloroacétique (DCA).

Qu'il s'agisse "d'huile de serpent", de "potion de sorcière" ou de quoi que ce soit d'autre, le remède que le Dr Khan offrait à ses patients n'était pas ce qu'il prétendait, avait statué le Tribunal.

Plusieurs fautes

Le Dr Khan, qui est médecin de famille, avait été reconnu coupable de plusieurs fautes professionnelles.

Selon la décision rendue en février, il a notamment utilisé la naltrexone à faible dose (LDN) et l'acide dichloroacétique (DCA) comme médicaments pour traiter le cancer, des traitements qui ne sont pas autorisés. Il offrait d'ailleurs de la documentation qui laissait entendre que des études avaient prouvé l'efficacité de ces médicaments contre le cancer, peut-on y lire.

Le siège de l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario au centre-ville de Toronto.

Le siège de l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario au centre-ville de Toronto

Photo : Google Street View

Le Dr Khan a par ailleurs déclaré à une patiente de 59 ans qu'elle était atteinte de leucémie alors qu'elle ne l'était pas.

Le médecin l'avait envoyée chez un oncologue, qui lui avait dit qu'elle était au contraire en santé après avoir pratiqué une biopsie de moelle osseuse. Le Dr Khan avait néanmoins dit à la femme que le spécialiste s'était trompé.

Le Dr Khan a aussi escroqué l'Assurance-santé de l'Ontario pour des milliers de dollars pour des traitements qu'il n'a pas fournis.

Le Tribunal avait conclu qu'il était incompétent et l'avait reconnu coupable d'inconduite professionnelle, parce qu'il n'avait pas respecté les normes de pratique de sa profession au sujet des traitements palliatifs qu'il avait administrés à 12 patients atteints de cancer de 2012 à 2017.

Il avait en outre refusé de remettre les dossiers de 19 de ses patients à l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario lorsque ce dernier avait ouvert une enquête à son sujet.

Sanctions du Tribunal

La défense du Dr Khan avait demandé que son client soit suspendu en guise de sanction lors d'une récente audience sur la détermination de la pénalité devant la même instance.

Le Tribunal écrit dans sa décision du 15 juillet 2022 qu'une suspension serait trop dangereuse et qu'il ne pouvait réintégrer le médecin dans ses fonctions, même si on lui interdisait à l'avenir de traiter des patients cancéreux.

Seule la radiation professionnelle peut satisfaire au principe de sanction le plus important, soit la protection du public, y est-il mentionné.

Le Dr Khan n'a pas le jugement nécessaire pour bien comprendre son inconduite afin qu'une réadaptation soit une option valable, peut-on lire.

Le Tribunal lui ordonne par ailleurs de payer avant la mi-octobre 2022 plus de 195 000 $ en honoraires aux avocats de son ordre professionnel.

À la publication de cet article, le site web de la clinique Medicor Cancer Centres était toujours en ligne. Le Dr Khan en est le fondateur.

Le site web de la clinique Medicor Cancer Centres de Toronto.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La page d'entrée du site web de la clinique Medicor Cancer Centres de Toronto

Photo : capture d'écran

Sa clinique propose des approches alternatives uniques et non toxiques contre le traitement du cancer. L'Ordre lui avait demandé de mettre fin à ses pseudo-traitements contre le cancer en 2017.

Selon le Tribunal, le Dr Khan n'a jamais révélé à ses patients que sa thérapie contre le cancer ne fonctionnait pas. Il cessait seulement de la prescrire s'ils ne pouvaient plus en payer le coût, s'ils étaient hospitalisés ou s'ils décédaient.

Le Dr Khan n'a pas répondu à notre demande de réaction par courriel.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.