•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduire le gaspillage alimentaire permettrait de mieux protéger les ours polaires

Un ours polaire se déplace sur la neige.

Un nouveau rapport explique que le gaspillage alimentaire représente un facteur de stress supplémentaire pour les ours polaires.

Photo : Michael Winsor

Radio-Canada

Nos déchets alimentaires peuvent être une source de stress supplémentaire pour les ours polaires, selon un nouveau rapport publié mercredi dans Oryx, (Nouvelle fenêtre) le journal international de la conservation.

Le document examine six études de cas portant sur les interactions négatives liées à la nourriture entre les humains et les ours polaires.

Le directeur principal de la conservation à Polar Bears International et coauteur du rapport, Geoff York, soutient que le danger pour les ours polaires est double.

Le premier est l'augmentation des conflits entre les ours polaires et les humains, ce qui entraîne la mort des ours.

Le deuxième danger est que les ours dévorent des aliments malsains pour eux.

« S'ils sentent quelque chose qui a une odeur de nourriture, ils vont le manger, sans savoir que c’est mauvais pour leur santé, comme les produits toxiques ou encore le plastique. »

— Une citation de  Geoff York, coauteur du rapport et directeur principal de la conservation à Polar Bears International

Des solutions pour protéger les ours

Le directeur de la conservation et de la recherche au zoo du parc Assiniboine de Winnipeg, Stephen Petersen, estime que le rapport constitue une étape précieuse pour définir le problème et proposer des solutions potentielles.

Stephen Petersen a travaillé à Churchill et pense que les solutions observées là-bas peuvent être transférées à d'autres régions qui font face au même problème. Ainsi, la décharge de déchets a été fermée. Cependant, leur mise en place coûte cher et nécessite des investissements,

Je pense que, si l'on veut s'inspirer des succès de Churchill, au Canada ou ailleurs, il faut que ces communautés du Nord bénéficient d'un certain financement et d'un certain soutien, affirme-t-il.

Geoff York est du même avis. Le fait de donner aux communautés du Nord les ressources, l'information et les outils dont elles ont besoin pour faire face aux problèmes des ours polaires peut contribuer à résoudre ce problème, explique le coauteur du rapport.

Selon le rapport, la croissance des populations humaines et l'augmentation du nombre de visiteurs augmentent également la probabilité de conflits entre les humains et les ours.

La protection des ours polaires est un problème exacerbé par le changement climatique, la disparition de la glace de mer obligeant les ours polaires à se déplacer plus souvent sur la terre ferme.

Pour certains chercheurs, le changement de leur environnement naturel pourrait avoir pour conséquence une possible extinction de l'espèce.

Avec les informations de Chloe Friesen and Caitlyn Gowriluk

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !