•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plein à craquer, le Carrefour pour femmes cherche « désespérément » des dons

Des boîtes et des sacs remplies de nourriture.

Quelques boîtes remplies de nourriture destinées à des personnes dans le besoin (archives).

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté de Diani Blanco

Un refuge pour victimes de violence familiale à Moncton, le Carrefour pour femmes, cherche « désespérément » des dons de nourriture. La directrice indique que l’établissement est plein à craquer depuis plusieurs mois et qu’ils n’ont jamais accueilli autant d'enfants. Les besoins se font donc sentir.

Depuis environ deux mois, leurs étagères se vident rapidement. On n'a pas de soupe, pas de pâtes et de sauce, des choses qui nous aident à donner de la nourriture à ces 41 personnes-là.

« Te dire que je peux aller sur une étagère et ramasser une canette de soupe pour donner à manger à un enfant; je n’en ai pas tout de suite. »

— Une citation de  Chantal Poirier, directrice de l'organisme Carrefour pour femmes

Plus de demandes d’aide, moins de dons

Depuis le mois d’avril, le Carrefour pour femme a accueilli 261 femmes et 341 enfants. Les chiffres sont très très hauts, indique la directrice.

Cette augmentation des demandes d’aide explique en partie le manque de nourriture, mais Chantal Poirier remarque aussi une diminution des dons des partenaires, comme les banques alimentaires.

Le refuge de l'organisme Carrefour pour femmes à Moncton

Le refuge de l'organisme Carrefour pour femmes à Moncton (archives).

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

On était corrects pour un petit bout, mais là avec les banques alimentaires qui ont de la difficulté eux aussi à aider les gens dans la communauté, avec l’économie qui met du stress sur toutes les familles, c’est sur que la nourriture de la banque alimentaire ça va aux gens de la communauté avant de venir à nous, explique Chantal Poirier.

L’annulation de plusieurs levées de fonds au cours des deux dernières années, en raison de la pandémie, a également donné un coup dur aux coffres de l’organisme.

Si ça continue comme ceci, on va venir à un point où on va devoir faire attention à ce qu’on utilise. Au bout de la ligne, on va trouver une manière de les nourrir, mais c’est sûr que ça va sortir de quelque part d’autre, comme le budget de la programmation ou du papier de toilette, explique-t-elle.

Comment aider?

Le Carrefour pour femmes a lancé un appel aux dons sur sa page Facebook.

L’organisme accepte les dons en argent sur son site Internet, les cartes-cadeaux achetées dans les épiceries et les dons de nourriture.

Une banque alimentaire.

Les banques alimentaires ont aussi de la difficulté à répondre à la demande de leur clientèle ces temps-ci. L'organisme se tourne donc vers la communauté (archives).

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Chantal Poirier indique que de bons aliments à donner sont n’importe quoi en conserve, de la soupe en canette, des canettes de fayot, des pâtes alimentaires et de la sauce à spaghetti, du thon en canne.

Elle ajoute que les enfants ont aussi demandé des croustilles, des craquelins et des jus.

Pour organiser le dépôt d'un don, vous pouvez appeler le (506) 857-8028 (option 2).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !