•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La seule clinique d’avortement de Terre-Neuve-et-Labrador a presque fait faillite

La clinique Athena Health Centre.

L'Athena Health Centre, à Saint-Jean, est la seule clinique d'avortement de Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

La seule clinique d’avortement à Terre-Neuve-et-Labrador était à un cheveu de la faillite plus tôt cette année, faute de revenus.

Jusqu’en avril, le gouvernement provincial payait à l'acte l’Athena Health Centre, une clinique d'avortement située à Saint-Jean.

Quand la pandémie a entraîné la fermeture des bars et mis fin à la plupart des événements sociaux, la demande d’avortements a chuté, alors que le coût des fournitures médicales a monté en flèche.

Il y avait moins de gens qui sortaient pendant la pandémie et la demande pour nos services a chuté parce qu’il y avait moins de rapports sexuels spontanés, croit l'infirmière Rolanda Ryan, propriétaire de la clinique depuis 2010. Au moment précis où il y avait beaucoup moins de gens dans la clinique, les prix ont explosé.

Rolanda Ryan.

Rolanda Ryan est propriétaire de l'Athena Health Centre, la seule clinique d'avortement de Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Au tout début de la pandémie, en avril 2020, Rolanda Ryan a commencé à supplier le gouvernement d’établir un nouveau modèle de financement pour sa clinique – c’est-à-dire de lui offrir un financement qui ne dépend pas du nombre de clients traités.

La province a attendu deux ans avant de passer à l’action. Une décision a seulement été prise quand la clinique a finalement menacé de fermer.

« J’étais à un cheveu de la faillite. C’était très, très difficile. [...] J’écrivais courriel sur courriel au gouvernement pour lui expliquer la situation et lui demander si l’hôpital [principal de Saint-Jean] était en mesure de traiter les patientes. »

— Une citation de  Rolanda Ryan, propriétaire, Athena Health Centre

900 avortements par an

En temps normal, l'Athena Health Centre accueille des patients de Saint-Jean une journée par semaine et offre une clinique mobile une fois par mois dans le centre ou dans l'ouest de Terre-Neuve. Au total, elle effectue environ 900 avortements par an, soit plus de 90 % des avortements dans la province. Mais en 2020, elle en a fait 200 de moins, et en 2021, presque 300 de moins.

L'hôpital principal de Saint-Jean, le Centre des sciences de la santé, peut aussi pratiquer des avortements, mais ils sont faits sur deux jours plutôt que sur un. En plus, les patientes de la clinique privée de Rolanda Ryan n’occupent pas de lits d’hôpital et n’utilisent pas les salles d'opération, déjà très achalandées.

Rediriger des centaines de patients vers l’hôpital aurait eu des impacts importants, estime Mme Ryan.

Elle souligne que le gouvernement provincial s’est toujours montré ouvert à l’idée d'accorder à la clinique un financement qui ne varie pas en fonction des procédures, mais il a traîné les pieds.

L’infirmière a finalement dû demander la subvention salariale d’urgence et a reçu un prêt de 40 000 $ en vertu du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes. Malgré ses efforts, la clinique était encore dans le rouge.

Depuis le 1er avril dernier, l'Athena Health Centre reçoit tous les trois mois un financement en bloc.

On a de la stabilité maintenant si jamais on a des coûts imprévus, se réjouit Mme Ryan.

Le ministère de la Santé et des Services communautaires n’a pas répondu à nos questions mardi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !