•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moncton va investir 1 M$ pour embaucher plus d’agents communautaires

Une voiture d'agents communautaires garée au centre-ville.

La Ville de Moncton compte embaucher 9 agents communautaires pour en employer 18 au total.

Photo : Radio-Canada / Shane Magee

Radio-Canada

La Ville de Moncton, au Nouveau-Brunswick, compte employer bientôt deux fois plus d’agents communautaires dans le cadre de ses efforts visant à réduire l’itinérance, la consommation de drogue et la criminalité, mais le conseil municipal reconnaît que cela ne va pas résoudre tous les problèmes liés à la santé mentale et à la toxicomanie.

Cette mesure, entre autres, a été adoptée lundi soir par les conseillers municipaux.

Le débat a duré presque trois heures. Des conseillers ont exprimé leurs préoccupations au sujet de la criminalisation de l’itinérance, de la nécessité de répondre aux plaintes du public et des coûts des diverses mesures.

Le conseiller Dave Steeve a indiqué que des résidents risquaient de déménager dans d’autres municipalités si cela devenait trop difficile de vivre à Moncton.

Le conseil municipal a accepté d’augmenter de 9 à 18 le nombre d’agents communautaires. Le coût estimé à 1 019 213 $ comprend les véhicules, les uniformes, la formation et l’équipement.

Moncton a lancé ce service l’an dernier en vertu d’un contrat conclu avec le Corps canadien des commissionnaires du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard.

Les agents communautaires effectuent des rondes à bord de voitures officielles, ils interviennent sur les lieux des campements de fortune, ils peuvent ramasser des seringues souillées et produire des contraventions en cas d’infractions aux arrêtés municipaux.

Le directeur municipal Marc Landry a indiqué qu’on cherche à embaucher les nouveaux agents immédiatement, mais qu’il peut s’écouler quelques mois pour qu’ils soient formés et équipés.

Le conseiller Shawn Crossman avait dit auparavant qu’il n’appuierait pas l’embauche d’un plus grand nombre d’agents communautaires en expliquant qu’ils ne peuvent résoudre les problèmes de santé mentale et de toxicomanie qui, selon lui, poussent certaines personnes à commettre des vols.

Pas d’étude sur de possibles caméras de surveillance

Les conseillers ont aussi approuvé une dépense supplémentaire de 70 000 $ pour le nettoyage des campements de fortune et 20 000 $ de plus pour les communications publiques en matière de problèmes sociaux et de ramassage des seringues souillées.

Mais ils ont rejeté la proposition de dépenser 40 000 $ pour étudier la possibilité d’installer des caméras de surveillance dans certains quartiers.

La boîte est fixée à un poteau indicateur à l'entrée d'une ruelle piétonnière.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'une des boîtes installées au centre-ville de Moncton où les consommateurs peuvent déposer leurs seringues souillées.

Photo : Radio-Canada / Shane Magee

Un résident de Moncton, Ryan Hillier, a déclaré durant la réunion que les itinérants sont des membres de la communauté et que les mesures proposées pourraient criminaliser l’itinérance et contribuer à engorger le système judiciaire.

Kim Christie-Gallant, dont la pétition a mené aux votes de lundi soir, a affirmé que le plan municipal est vague et mal rédigé, et qu’il s’agit d’une simple réponse rapide à un problème très complexe et urgent.

Après la réunion, elle a ajouté qu’elle reste déçue et que son comité de citoyens va continuer d’exercer une pression sur les gouvernements.

Une étude des services policiers

Les conseillers ont aussi adopté, à l’unanimité, la proposition de commander une étude afin de comparer les coûts et les avantages de continuer d’employer les services de la Gendarmerie royale du Canada ou de passer à un possible service policier municipal.

L’étude effectuée par la firme de consultants Perivale + Taylor au coût de 265 000 $ doit être terminée avant l’été 2023 et être faite en collaboration avec les municipalités de Dieppe et de Riverview. Ces dernières emploient aussi les services du même détachement de la GRC.

D’après un reportage de Shane Magee, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...