•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l’impact du vaccin sur le cycle menstruel mieux cerné

Plan rapproché du bras d'une femme en camisole pendant qu'elle se fait vacciner.

Une femme reçoit une dose de rappel du vaccin contre la COVID-19.

Photo : Reuters / Amir Cohen

Angie Landry

L’âge, l’ethnicité et l’historique de grossesse ou de fausses couches sont parmi les facteurs pouvant influer sur la réaction du cycle menstruel au vaccin, conclut une nouvelle étude publiée vendredi dans la revue Science Advances (Nouvelle fenêtre).

Si on savait que le vaccin contre la COVID-19 – comme la plupart des vaccins – pouvait perturber les menstruations, de nouvelles observations permettent de constater que les femmes ménopausées ou encore des hommes transgenres sous prise d'hormones sont aussi touchés, notamment par des saignements plus abondants.

Je pense qu'il est important de savoir que ces effets peuvent arriver, afin de ne pas avoir peur, de ne pas être sous le choc ou d’être pris au dépourvu, a déclaré Katharine Lee au quotidien The New York Times, première auteure de l'étude et anthropologue biologique à la Faculté de médecine de l'Université Washington, au Missouri.

Les inquiétudes, soulevées dès le début des grandes campagnes de vaccination (Nouvelle fenêtre) contre la COVID-19, ont motivé les spécialistes à mener cette recherche exhaustive.

La version originale de ce texte a été modifiée car elle contenait des termes voulant englober les trois groupes cités dans l’étude, qui distingue clairement les femmes ayant des règles, les femmes ménopausées et les hommes trans sous la prise d’hormones. Il s’agit d’ailleurs d’une rare étude où l’échantillon de sujets ne se limite pas aux femmes cisgenres. Or, ces formulations pouvaient laisser entendre que l'identification des femmes était réduite à des termes biologiques, ce qui n'était pas l’intention.

À ce jour, il s’agit de la plus vaste étude sur le lien entre le vaccin contre la COVID-19 et le cycle menstruel. Par l’entremise d’un sondage en ligne, des chercheurs de l’Université de l’Illinois et de la Washington University School of Medecine ont colligé les données associées à 39 129 personnes vaccinées.

Si des biais peuvent être observés – les effets post-vaccin sont autorapportés par les répondants – l’étude, menée par une majorité de femmes, souligne que l'objectif était d’abord de délimiter les expériences vécues par le plus large éventail de personnes possible. Il s’agit d’ailleurs d’une rare étude où l’échantillon ne se limite pas qu’aux femmes cisgenres.

Saignements abondants… ou surprenants

Les recherches qui ont précédé celle récemment parue dans Science Advances se sont surtout penchées sur les effets du vaccin sur la durée des règles, avant et après l’injection d’une dose, plutôt que, par exemple, sur les caractéristiques des saignements menstruels.

Qui plus est, cette publication met également en évidence les différents groupes de personnes touchées et les changements concrets observés, des paramètres qui étaient absents d’importantes études comme celle publiée dans la revue Obstetrics & Gynecology (Nouvelle fenêtre) en janvier dernier.

Les chercheurs démontrent cette fois que les réactions post-vaccin varient énormément selon deux axes : un premier touchant les femmes menstruées et un deuxième lié aux personnes qui ne le sont normalement pas, comme des femmes ménopausées ou des hommes trans.

On dénote à cet effet que 42 % des répondantes menstruées ayant répondu au sondage ont affirmé avoir eu des saignements largement plus abondants qu’à l’habitude après avoir reçu leurs doses de vaccin. Près de 44 % n’ont toutefois remarqué aucun changement dans le débit de leurs saignements.

De plus, 71 % des femmes sous contraceptifs réversibles à action prolongée (stérilets, implants contraceptifs, etc.) ont pour leur part eu des saignements plus importants après l'une ou l’autre des injections.

Quant aux personnes dites non normalement menstruées, un retour inopiné des saignements menstruels a été remarqué, que ce soit intermittent ou accru dans 66 % des cas des femmes ménopausées et chez 39 % des répondants trans.

Plusieurs facteurs sociodémographiques

Selon Katharine Lee, d’autres facteurs pourraient être liés aux personnes ayant vécu des effets indésirables après leurs vaccins.

Entre autres, les femmes plus âgées et non caucasiennes étaient plus susceptibles de vivre des saignements plus abondants après avoir reçu une dose du vaccin contre la COVID-19.

Les chercheurs font un constat similaire pour celles ayant un historique de grossesse, et même que celles ayant subi une fausse couche ou un arrêt de grossesse étaient plus à risque.

Un autre élément d’intérêt : les dérèglements importants observés chez les femmes vivant avec des problèmes de fertilité.

Une importante proportion du groupe étudié ayant rapporté des saignements abondants vivaient avec l’endométriose (51 %), l’adénomyose (54,9 %), la ménorragie (44,4 %), un ou des fibromes (49,1 %) ou le syndrome des ovaires polykystiques (46,2 %).

Une réaction normale, mais méconnue

Cette nouvelle étude souhaitait notamment mettre en lumière que les inquiétudes émises pendant la pandémie sont une preuve qu’il faut davantage sensibiliser – et surtout rassurer – les gens aux possibles effets secondaires des vaccins. Et pas seulement par rapport à celui contre la COVID-19.

Il est somme toute normal que le cycle menstruel soit déstabilisé après l’injection d’un vaccin, disent plusieurs experts.

Selon la Dre Jennifer Kawwass, endocrinologue à l'Université Emory d'Atlanta qui n'a pas participé à cette nouvelle étude, il faut se rappeler que les fluctuations du cycle menstruel devraient être considérées comme tout autre dérèglement ou effet secondaire perçu après un vaccin.

Tout comme votre température corporelle ou votre pression sanguine, qui fournit des indices sur votre état santé, a-t-elle déclaré au New York Times.

Dans un dossier de Rad (Nouvelle fenêtre), le médecin-épidémiologiste Gaston De Serres rappelait en avril dernier que les hormones ont un rôle à jouer dans la réponse immunitaire et la réponse en termes d'effets secondaires qu'on observe avec les vaccins [...] Et il y a une réponse [aux vaccins] qui est différente chez les femmes [par rapport aux hommes].

Les chercheurs de l’étude parue dans Science Advances soulignent à plusieurs reprises que les cliniciens ont toutefois un devoir crucial d’éducation à la santé. Ils regrettent à ce titre que les angoisses de plusieurs femmes aient été associées à des inquiétudes jugées futiles.

Ils déplorent aussi l’intervention de certains d’entre eux dans les médias, qui stipulaient qu’aucun mécanisme biologique ou qu’aucune donnée ne soutenait de relation possible entre le vaccin et les dérèglements menstruels.

« Les modifications des saignements menstruels ne sont ni rares ni dangereuses, mais il est nécessaire de prêter attention à ces expériences pour renforcer la confiance en la médecine. »

— Une citation de  Extrait de l’étude parue dans Science Advances

Une sommité en matière de santé des femmes, la directrice scientifique de l'Institut de la santé des femmes et des hommes des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), la Dre Cara Tannenbaum, expliquait dans un autre reportage du dossier Gynéco (Nouvelle fenêtre) de Rad que ce n’est pas d’hier que les femmes se sentent invalidées quant à leurs tracas de santé.

Selon elle, c’est justement en ayant davantage d’études sur le cycle menstruel et la vaccination contre la COVID-19 – comme celle qui vient d’être publiée –, qu’on pourra rétablir le manque de connaissances.

Pour déclarer tout effet secondaire à la suite du vaccin contre la COVID-19, il faut s’adresser à un professionnel de la santé qui devra remplir le Rapport d’une manifestation clinique grave ou inhabituelle (Nouvelle fenêtre) après une vaccination au Québec ou le Formulaire de rapport des effets secondaires suivant l'immunisation (Nouvelle fenêtre) de Santé Canada.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.