•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sommet entre la Russie, la Turquie et l’Iran à Téhéran

Le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan se serrent la main lors de leur rencontre au Kremlin, à Moscou, en Russie.

Le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une rencontre à Moscou

Photo : La Presse canadienne / Pavel Golovkin

Radio-Canada

Annoncée depuis plusieurs semaines, la rencontre au sommet entre le président russe Vladimir Poutine, le président iranien Ibrahim Raïssi et le président turc Recep Tayyip Erdogan aura lieu mardi.

La rencontre des trois chefs d’État se concentrera notamment sur la Syrie, où le président turc a l'intention de mener une opération militaire pour créer une zone de sécurité de 30 kilomètres à la frontière.

Les trois pays ont lancé en 2017 le processus dit d'Astana, visant officiellement à ramener la paix en Syrie.

L'armée turque, présente dans des zones limitrophes au nord du territoire syrien, a mené, entre 2016 et 2019 et avec l'aide de supplétifs syriens, trois opérations d'envergure dans ce pays.

La nouvelle offensive vise deux localités sous contrôle des Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde que la Turquie accuse d'être affiliée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et classe comme terroriste.

Téhéran et Moscou ont d'ores et déjà manifesté leur opposition aux intentions d'Ankara.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Amir Abdollahian a indiqué que la réunion de mardi a pour objet de renforcer la coopération économique entre les trois pays, la sécurité dans la région et la sécurité alimentaire.

Une réunion des chefs d'État garants du processus de paix en Syrie, telle est la description qu'en a faite pour sa part le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, le 12 juillet dernier.

Les présidents russe et turc auront par ailleurs une réunion en aparté consacrée à l’Ukraine. MM. Poutine et Erdogan poursuivront les pourparlers entamés depuis plusieurs jours pour permettre aux céréales ukrainiennes bloquées en raison du conflit d'être exportées par des couloirs maritimes sûrs.

Notre         dossier Guerre en Ukraine

Le président Poutine rencontrera également le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, alors que la Russie cherche à établir des partenariats économiques après que l'Occident lui a imposé de sévères sanctions.

Ayatollah Ali Khamenei.

L'ayatollah Ali Khamenei

Photo : iipa/afp via getty images / SAJAD SAFARI

Ce déplacement sera le deuxième du dirigeant russe à l'étranger depuis qu'il a déclenché ce qu'il qualifie d'opération militaire spéciale en Ukraine le 24 février.

Vladimir Poutine a affirmé que Moscou se détournait désormais de l'Occident au profit de pays comme la Chine, l'Inde ou l'Iran.

Les contacts avec Ali Khamenei sont très importants, a déclaré aux journalistes le conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov. Un dialogue confiant s'est développé entre [Vladimir Poutine et Ali Khamenei] sur les questions les plus cruciales.

Ces rencontres surviennent quelques jours après la tournée du président américain Joe Biden en Israël et en Arabie saoudite.

Avec les informations de AFP, Reuters, et Al Jazeera

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !