•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le feu près de Lytton menace un parc patrimonial autochtone

L'incendie de Nohomin Creek en juillet 2022.

L'incendie de Nohomin Creek est à 1,7 km de Lytton, un village presque détruit par un incendie l'an dernier.

Photo : Twitter/BC Wildfire

Le feu qui ravage une deuxième année de suite le territoire près de Lytton, en Colombie-Britannique, se déplace vers l’ouest et menace désormais le parc patrimonial Nlaka’pamux de la vallée de la Stein, a annoncé lundi en conférence de presse le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth.

BC Wildfire assure, sur Twitter, avoir mis en place une approche coordonnée dans la réponse et la protection de ce parc. Un représentant de la Première Nation de Lytton, spécialisé dans les sites archéologiques et les valeurs culturelles, travaille à recommander les meilleures options pour protéger ce qui doit l'être.

Un incendie localisé tôt dimanche près du départ du sentier pédestre du parc patrimonial a conduit à la fermeture du parc. Une équipe initiale et 10 pompiers de la Première Nation de Lytton ont patrouillé la zone pendant la nuit, après que les équipages aient construit une ligne humide autour du point chaud.

Le chef adjoint de la Première Nation, John Haugen, explique que ce parc est très important en raison d'œuvres d’arts et de pétroglyphes. Il y a juste beaucoup de culture et de traditions qui sont profondément ancrées dans ce parc qui existe depuis des millénaires.

John Haugen explique que des brûlages de faible intensité pour éloigner le feu de zones culturelles ont été utiles jusqu'à présent. Mais l’heure est également à la protection de l’eau potable et du bassin versant. « Nous ne voulons pas vraiment de machinerie lourde ou de retardateur pulvérisé dans le bassin versant, car cela serait préjudiciable ».

Plus de 100 intervenants, appuyés de 10 hélicoptères, interviennent actuellement sur cet incendie, le premier véritable feu de forêt notable en Colombie-Britannique jusqu'à présent cette saison, détaille Mike Farnworth.

De la chaleur attendue

Si des précipitations étaient attendues pour aider les pompiers à combattre ce brasier non maîtrisé, des rafales lundi n’ont pas aidé à contenir le feu, dont la superficie est désormais de plus de 2000 hectares.

Les rafales devraient ralentir à 30 km/h d’ici mardi, mais des températures atteignant 34 degrés Celsius sont par ailleurs attendues cette semaine dans la zone.

Bilan en début de semaine

L'incendie de Nohomin Creek a détruit au moins six propriétés et entraîné l’évacuation d’une centaine de personnes, du côté ouest de la rivière Fraser, au nord-est de Vancouver. Cache Creek accueille 45 évacués, et 107 personnes ont été envoyées à Lillooet, a précisé le ministre de la Protection civile, Bill Blair, lors d’un point de presse lundi.

« Avoir un incendie dans cette région si peu de temps après le dernier [incendie] est vraiment émouvant pour de nombreux membres du personnel [de BC Wildfire] et des pompiers. Nous faisons donc de notre mieux pour prendre soin des nôtres. »

— Une citation de  Jean Strong, porte-parole, BC Wildfire

Environnement Canada a également lancé un bulletin spécial sur la qualité de l'air pour le canyon du Fraser en raison de la fumée des feux de forêt.

Tout cela arrive alors que les projets de reconstruction du village de Lytton viennent à peine de commencer.

Mike Flanagan, professeur en gestion d'urgence et sciences d'incendie à l'Université Thompson Rivers, rappelle que cette zone est sujette aux forts vents et aux conditions chaudes et sèches qui mènent facilement à l'éclosion de feux.

« Lorsque le feu se déclenche, on a parfois seulement 15 ou 20 minutes avant qu'il soit impossible à maîtriser. Cette région près de Lytton est à fort risque d'incendie, et l'on voit que la même chose s'est reproduite cette année. »

— Une citation de  Mike Flanagan, professeur, Université Thompson Rivers

Pour l’instant, le feu n’a pas pu traverser la rivière Fraser de manière importante, dit Jean Strong, porte-parole de BC Wildfire, l'agence de lutte contre les incendies.

Le défi pour les pompiers en ce moment, dit Jean Strong, c’est le flanc ouest du brasier, qui occupe un terrain extrêmement abrupt, ce qui rend les efforts des pompiers dangereux et difficiles.

Une saison d'incendies moins destructrice

D'après Jean Strong, la saison des feux de forêt en 2022 est moins importante qu'en 2021, mais il reste à craindre les températures sèches et chaudes qui sont prévues prochainement.

Lundi soir, 25 incendies étaient en cours en Colombie-Britannique, soit un total de 297 pour l’année qui ont brûlé plus de 10 000 hectares en tout. L’an dernier, à pareille date, 1135 feux avaient ravagé 287 000 hectares.

Jean Strong veut également rappeler au public qu'il faut suivre attentivement les restrictions sur les feux de camp, parce que 60 % des feux cette année sont dus aux activités humaines.

Avec les informations de La Presse canadienne, Winston Szeto et Adjata Camara

Bannière du dossier Lytton qui retrace l'incendie qui a dévasté le village de Lytton en Colombie-Britannique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !