•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une course de 42 heures pour se dépasser

Marco Poulin.

Marco Poulin a couru pendant 42 heures et a terminé deuxième.

Photo : Gracieuseté de Marco Poulin

Le Sherbrookois Marco Poulin a atteint son objectif de passer de l’ombre à la lumière en prenant le deuxième rang et en courant pendant 42 heures lors du Big Wolf’s Backyard Ultra, qui s’est déroulé cette fin de semaine à Cacouna, dans le Bas-Saint-Laurent.

Toutes les heures, nuit et jour, il a fait et refait une boucle de 6,7 kilomètres.

Ce n’est pas nécessairement une épreuve de vitesse, mais d'endurance, de stratégie, de nutrition. Certains coureurs se permettent même de marcher. Il y avait 150 participants et c’est le dernier qui restait debout à la fin qui remporte la course, explique Marco Poulin.

Il a terminé tout juste derrière Éric Deshaies, après 42 heures de course et 380 kilomètres parcourus. Avec cette performance, il se retrouve également au 8e rang canadien, ce qui pourrait lui permettre de participer au championnat national en Colombie-Britannique.

Marco Poulin.

Marco Poulin a couru jour et nuit pendant 42 heures.

Photo : Gracieuseté Marco Poulin

C’est une course où tout le monde s’entraide. Après 42 tours, j'ai décidé que c’était assez. Physiquement, ça devenait plus difficile, explique-t-il.

Un défi de plus dans une vie ayant connu plusieurs embûches

Surmonter des défis, Marco Poulin connaît cela, lui qui vient de loin. Aujourd'hui, il est libre et en forme. Mais il y a quelques années, il était sans domicile fixe. Cette course, il l'a aussi faite pour tous ceux qui vivent des difficultés en santé mentale ou en toxicomanie.

J'arrivais de nulle part sans beaucoup d'expérience. J'avais beaucoup de pensées dans la nuit pour ceux qui vivent des difficultés, indique Marco Poulin.

C'est d'ailleurs la nuit qu'il a terminé sa course.

J’ai trouvé mon courage pour finir la dernière boucle. Je suis resté prudent. Je m'endormais à la noirceur. Nous avons vécu la pluie, la chaleur, du vent, un mélange de toutes sortes de températures, se remémore-t-il.

« J’ai vécu l'itinérance et le milieu carcéral. C’était de l’ombre à la lumière et je pense avoir allumé des lumières en fin de semaine. »

— Une citation de  Marco Poulin

Émotif, Marco Poulin a cependant vécu des hauts et des bas lors de cette course.

Ç’a été éprouvant. Je suis diabétique, alors ce n’était pas évident. [...] Certains tours où ça n'allait pas bien, je voulais abandonner. Tu dois évaluer ta situation à chaque tour. Je ne pensais pas me rendre à 42 tours, avoue-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !