•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travailleurs de Lac Louise en situation irrégulière sont menacés d’expulsion

Un lac entouré de montagnes et de grands sapins.

La couleur exceptionnelle du Lac Louise attire des milliers de touristes chaque année dans ce parc national.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Bascaron

Radio-Canada

Des dizaines de travailleurs en situation irrégulière ont perdu leurs emplois en Alberta et certains risquent d'être expulsés du pays après que l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a découvert qu'ils travaillaient sans les documents appropriés.

Des agents de l'ASFC se sont rendus à Lac Louise mardi dans le cadre d'une enquête en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés et du Code criminel du Canada.

Ils ont interrogé 32 employés contractuels qui travaillaient dans l'entretien ménager, les cuisines, les restaurants et les résidences.

Certains employés ont accepté de parler à CBC/Radio-Canada qui a accepté de ne pas dévoiler leur identité.

Beaucoup disent avoir été engagés par la firme de recrutement One Team.

Un couple de Mexicains dans la vingtaine dit être venu à Toronto en touriste à la fin mai. Ils disent avoir trouvé un groupe Facebook pour les Mexicains basés à Toronto et que sur cette page se trouvait une offre de One Team pour être embauchés cet été au Canada.

Selon eux, l’entreprise a payé leurs vols et ceux d’un couple d’amis pour qu'ils puissent tous les quatre travailler en Alberta. Dès leur arrivée, ils ont été logés et ont pu travailler immédiatement au Lake Louise Inn.

Le cuisinier du Lake Louise Inn, Marcel Patenaude, dit que beaucoup étaient surpris lorsqu’ils ont rencontré des enquêteurs : L'un des plongeurs est arrivé en pleurant en disant qu'il allait être renvoyé chez lui.

Ce sont des gens très sympas, des travailleurs acharnés. C'est dommage ce qui leur arrive.

Une citation de Marcel Patenaude, cuisinier, Lake Louise Inn

Le 12 juillet, les travailleurs disent qu’ils ont été rencontrés individuellement, d'abord par des policiers qui avaient un interprète avec eux et ensuite par des agents de l'ASFC.

Nous avions tellement peur, a déclaré l'un des travailleurs.

Par l'intermédiaire du traducteur, ils ont appris que One Team faisait l'objet d'une enquête et qu'eux-mêmes n'avaient pas la documentation appropriée pour travailler au Canada.

Je pensais que tout était légal, je n’ai pas réalisé que je ne respectais pas les lois du Canada.

Une citation de Un travailleur

Les travailleurs qui ont parlé à CBC/Radio-Canada croient qu’au moins 20 autres employés contractuels du Lake Louise Inn ont reçu l'ordre de quitter le pays.

Le Lake Louise Inn a été contacté jeudi pour obtenir un commentaire, mais l'hôtel a répondu dans un courriel que la GRC était la mieux placée pour fournir des informations supplémentaires.

La GRC a déclaré que l'enquête était entre les mains de l'ASFC et qu’elle ne pouvait pas faire de commentaires supplémentaires.

Des hôtels Fairmont sous l'oeil des enquêteurs

Des travailleurs employés par la chaîne Fairmont Hotels & Resorts, qui exploitent les hôtels Château Lake Louise, Banff Springs et Jasper Park Lodge font également l'objet d'une enquête.

L'entreprise affirme qu'elle coopère à l'enquête.

Il a été déterminé qu'un total de 31 personnes n’avaient pas les documents d'emploi appropriés, y compris des permis de travail et un visa, a indiqué Anastasia Martin-Stilwell, porte-parole de la chaîne Fairmont Hotels & Resorts pour l’Ouest canadien.

Ces travailleurs contractuels étaient employés et payés par l’agence de recrutement tiers One Team, qui fournit des employés aux hôtels. Les hôtels font appel à ces agences de recrutement tierces pour les aider à relever les défis liés à la pénurie de main-d'œuvre.

Une citation de Anastasia Martin-Stilwell, porte-parole, Fairmont Hotels & Resorts

Selon elle, l'entreprise avait reçu la garantie de One Team qu'elle s'assurerait que les papiers des travailleurs seraient en règle et que ces derniers avaient le droit de travailler au Canada.

En tout, 105 travailleurs contractuels venant de One Team travaillaient dans les trois hôtels Fairmont de l’Alberta : Château Lake Louise, Banff Springs et Jasper Park Lodge. La chaîne hôtelière n’a pas précisé si tous ces travailleurs étaient en situation régulière.

La fin des contrats

Après consultation avec l'ASFC, la GRC et notre conseiller juridique interne, nous avons mis fin à nos contrats avec One Team, ce qui entraîne la fin immédiate de tous les quarts de travail contractuel accordé à ces travailleurs, a déclaré Anastasia Martin-Stilwell.

La chaîne offre aux employés concernés un hébergement, de la nourriture pendant 10 jours et un transport gratuit vers Calgary ou Edmonton.

Nous reconnaissons que c'est une période difficile pour toutes les personnes concernées, écrit Anastasia Martin-Stilwell. Nous avons aussi appris que nous ne sommes pas légalement autorisés à fournir une compensation financière aux travailleurs contractuels de One Team.

L'ampleur de cette enquête, en dehors de la chaîne Fairmont, n'a pas été rendue publique par l'ASFC.

Comme il s'agit d'une enquête en cours, il serait inapproprié de commenter davantage pour le moment, lit-on dans un communiqué de Rebecca Purdy, porte-parole de l'ASFC.

Avec les informations d'Helen Pike

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Alberta

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Alberta.