•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancement officiel d’un nouveau parti politique manitobain, le Parti keystone

Kevin Friesen prononce son discours pour lancer officiellement le Parti keystone au Manitoba.

Ce nouveau parti politique devient le septième inscrit au Manitoba. Il rejoint le Parti communiste (PCC-M), le Parti vert (PVM), le Parti libéral (PLM), le Nouveau Parti démocratique (NPD), le Parti progressiste-conservateur (PC) et le Parti manitobain (MP).

Photo : Radio-Canada / Julien Sahuquillo

Le Parti keystone, fondé sur des principes libertariens, a officiellement été lancé sur la scène politique manitobaine par son chef, Kevin Friesen, vendredi.

C’est un parti qui s’annonce en rupture avec les règles classiques d'élection de ses membres.

Par sa structure particulière, le Parti keystone va être au service des Manitobains en inversant les détenteurs du pouvoir et en mettant les membres au contrôle , dit Kevin Friesen.

Le Parti keystone, dont le nom peut se traduire par Parti clef de voûte, souhaite mettre en place une représentation réelle .

Nous recherchons des personnes de confiance, qui s’intéressent aux intérêts de leur communauté, et qui veulent offrir des services aux membres de cette communauté et non le programme politique d’une seule et même personne qui n’a pour but que de servir ses propres ambitions, précise-t-il.

Le chef du parti donne plusieurs exemples des personnes qui pourraient faire de bons membres : Il pourrait s’agir d’un entrepreneur local, d’un agriculteur, d’un policier ou encore d’une institutrice.

Il insiste cependant sur le fait que le choix revient à la communauté.

Ce nouveau parti devient la septième formation politique inscrite au Manitoba. Il rejoint le Parti communiste (PCC-M), le Parti vert (PVM), le Parti libéral (PLM), le Nouveau Parti démocratique (NPD), le Parti progressiste-conservateur (PC) et le Parti manitobain (MP).

Déjà des adeptes

Présent lors du lancement du parti, Patrick Allard est convaincu que le Manitoba a besoin d’une nouvelle voix.

Je ne suis pas politicien et je n’ai jamais cherché à faire de la politique (...) mais je voudrais parler avec le conseil du parti, avec le chef Kevin Frieser, et voir si je peux convenir à ce parti, explique-t-il.

Joy Onyschak, qui est entrepreneuse, affirme que ce parti lui donne de l’espoir.

Pour moi, l'un des problèmes est le choix et la liberté autour des questions concernant la santé, précise-t-elle.

Le Parti keystone veut attirer des électeurs mécontents de la gestion de la pandémie et les politiques budgétaires du gouvernement.

Le parti n'a pas encore donné de détails sur son programme politique, puisqu’il reviendra aux membres de définir leurs priorités.

Avec les informations de Julien Sahuquillo

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !