•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garderies à 10 $ : l’Île-du-Prince-Édouard dit être sur la bonne voie

Les deux politiciens et deux autres adultes sont autour d'une petite table avec deux enfants dans une garderie.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau (à droite) était à l'Île-du-Prince-Édouard en juillet 2021 pour annoncer avec son homologue provincial Dennis King (à gauche) une entente en vue de réduire progressivement à 10 $ par jour les coûts des services de garde.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Radio-Canada

Avec la baisse des coûts prévue pour octobre, l’Île-du-Prince-Édouard est sur la bonne voie pour offrir des services de garde à 10 $ par jour comme prévu, selon le gouvernement.

La province a conclu une entente avec le gouvernement fédéral, l’été dernier, pour réduire les coûts des parents à 10 $ par jour d’ici la fin de 2024.

La directrice du développement de la petite enfance, Doreen Gillis, dit être convaincue que l’Île-du-Prince-Édouard atteindra ce but.

L’entente conclue avec Ottawa prévoit une première baisse de 50 % d’ici la fin de 2022. Mme Gillis affirme que ce sera le cas en octobre lorsque les coûts diminueront à 20 $ par jour.

Le gouvernement a étudié plusieurs choses lorsqu’il a déterminé comment atteindre cette baisse moyenne de 50 %. Ainsi, des subventions sont offertes aux familles, explique Doreen Gillis.

Doreen devant son ordinateur.

La directrice du développement de la petite enfance à l'Île-du-Prince-Édouard, Doreen Gillis, dit que la province atteindra ses objectifs en ce qui a trait aux coûts des services de garde.

Photo : Steve Bruce/CBC

Certaines familles n’auront donc rien à débourser pour faire garder leurs enfants tandis que d’autres paieront au maximum 20 $ par jour, souligne-t-elle.

L’Île-du-Prince-Édouard veut aussi augmenter le nombre de places en garderie. Environ 1500 enfants sont inscrits sur la liste d'attente.

Le gouvernement a proposé à sept établissements de devenir officiellement des centres éducatifs de la petite enfance. Il cherche parmi les centres existants ceux qui peuvent répondre aux besoins de places supplémentaires.

D’après un reportage de Kevin Yarr, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !