•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Magie des petits grains de sable : les sculptures s’érigent à Parksville

Sculpture de sable représentant un corbeau

Huninn and Muninn, sculpture réalisée par Brian Wigglesworth et Chris Guinto.

Photo : Fournie par la Parksville Beach Festival Society

Après deux ans d’absence, la 20e présentation du concours international de sculptures de sable de Parksville est de retour cette fin de semaine dans la petite communauté de bord de mer, sous le thème Roaring Twenties (les Années folles).

L’événement phare de l’été dans l’île de Vancouver accueille sept tandems d’artistes et treize solistes en provenance des Pays-Bas, de l’Ukraine, du Japon, du Mexique, des États-Unis, du Québec et de la Colombie-Britannique.

En tout, c'est donc une vingtaine de maîtres sculpteurs qui se disputeront la première place à ce concours qui se tient sur un site aménagé à quelques pelletées de sable de la magnifique plage publique de Parksville.

Cheryl Dill, présidente de la Parksville Beach Festival Society, le comité organisateur du concours, se dit très heureuse d'accueillir de nouveau les artistes cette année.

Quand ils arrivent, c’est comme une réunion familiale. On se retrouve, on s’étreint, on s’embrasse… Nous sommes absolument ravis!

Une course contre la montre

Équipés de pelles, de bêches et de menus outils, ces orfèvres du sable s’affrontent dans une compétition amicale chronométrée et disposent de 30 heures, réparties sur une période de quatre jours, pour réaliser leur sculpture.

Les sculptures prennent forme, tel un gâteau à étages, avec la superposition de moules remplis d’un sable spécial.

Une fois l’assemblage terminé, commence alors le travail minutieux des sculpteurs pour ériger ces œuvres grand-format qui peuvent parfois atteindre une dizaine de pieds de hauteur!

Les activités se sont amorcées jeudi. Les journées débutent à 7 h 30 pile, au son de la batterie, gracieuseté du sculpteur Bruce Waugh, et se terminent à 17 h. Les sculptures devront être complétées dimanche, à 14 h précises.

Sèveline et Guy Beauregard, devant l’ébauche de leur sculpture de sable.

Sèveline et Guy Beauregard, devant l’ébauche de leur sculpture de sable

Photo : Photo Wendy Sears fournie par la Parksville Beach Festival Society

C’est là un défi à la mesure de l’artiste québécois Guy Beauregard qui, en trente ans, aura participé à près d’une centaine de compétitions de sculpture mettant à l’honneur des matériaux éphémères tels que la glace, la neige et le sable.

Pour l’artiste originaire de Saint-Jacques-le-Majeur-de-Wolfestown, au Québec, cette pratique est une affaire de cœur et de famille. S’initiant d’abord à la sculpture sur neige et sur glace, il aura éventuellement été conquis par la magie du sable.

« Le sable, c’est impressionnant. C’est fait avec des grains qui ne sont pas pareils, comme les humains… On est tous semblables, mais pas pareils. C’est l’amour qui nous unit. »

— Une citation de  Guy Beauregard, maître sculpteur de sable

Il s’agit de sa dixième participation au concours de Parksville, d’abord en solo, puis accompagné de sa fille aînée Mélinège et, pour la troisième fois, en duo avec Sèveline, la benjamine des quatre enfants Beauregard. Comme son père, Sèveline adore travailler le sable.

C’est une connexion qu’on a avec la matière. Quand on sculpte, on imagine quelque chose et on va le concrétiser. Il faut être dans une sorte de bulle de créativité. Comme si on était connectés. Là, c’est avec le sable. C’est comme un jeu et j’ai beaucoup de plaisir à faire ça.

Sur une plage, plusieurs amoncellements de sable qui serviront au concours de sculptures.

Les amoncellements de sable sur la plage seront transformées en sculptures au cours de la fin de semaine à Parksville.

Photo : Radio-Canada / Célyne Gagnon

La transmission du savoir et l’amour du métier sont donc assurés. Ensemble, Guy et Sèveline Beauregard ont élaboré une oeuvre qui abordera le thème des Années folles avec humour, mais sans vouloir dévoiler plus de détails.

Un jury composé de sculpteurs professionnels (des artistes de l’île de Vancouver) évaluera les œuvres sous l’égide du sculpteur Charlie Beaulieu, directeur exécutif des Championnats mondiaux de sculptures de sable.

Ce dernier signe la réalisation de la butte de sable à l’entrée du site sur laquelle les logos des commanditaires sont sculptés.

Un homme coiffé d'un chapeau en forme de parasol sculpte délicatement dans le sable.

L’artiste Peter Vogelaar, originaire de Nelson, six fois lauréat du concours de sculptures de sable de Parksville, travaille minutieusement à la butte des commanditaires.

Photo : Radio-Canada / Célyne Gagnon

Au cours de la fin de semaine, le public est invité à participer gratuitement à des ateliers d'initiation à la sculpture de sable menés par deux sculpteurs professionnels.

Des prix totalisant près de 50 000 $ seront remis cette année aux lauréats dont les noms seront dévoilés dimanche, à 17 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !