•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gary Kobinger ouvre son propre laboratoire de recherches à Batiscan en Mauricie

Une dame manipule des outils dans un laboratoire.

Le nouveau laboratoire de Batiscan

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Jérémie Camirand

Le microbiologiste Gary Kobinger, célèbre commentateur de la pandémie de COVID-19 dans les médias, vient d'ouvrir un laboratoire de recherches sur les vaccins et les maladies infectieuses à Batiscan, en Mauricie.

L'organisme à but non lucratif GuardRX, fondé par le microbiologiste en 2018, s'intéresse à la COVID-19, mais aussi à des projets d’essais cliniques à Genève et en Turquie, et sur un vaccin contre les tiques à pattes noires.

Le Dr Kobinger œuvre également à titre de directeur du laboratoire Galveston National au Texas et a développé un vaccin contre l’Ebola. Il a vu l’intérêt pour sa compagnie grimper depuis le début de la pandémie.

« En moins d’un an, c’est passé de 2 à plus de 60 personnes, et on parle de personnes hautement qualifiées. Donc, ça a grandi vraiment vite. »

— Une citation de  Gary Kobinger, microbiologiste et fondateur de GuardRX

Est-ce que ça va continuer de grandir? Je suis arrivé [mardi] et j’ai déjà eu une réunion pour voir des opportunités, explique-t-il.

Un homme devant la caméra.

Le docteur Gary Kobinger a inauguré son nouveau laboratoire.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

De son côté, la présidente de l'entreprise, Judith Pignac-Kobinger, estime que la pandémie a levé le voile sur la nécessité de financer et de soutenir les laboratoires comme le sien.

Je pense que ça a conscientisé la politique, mais aussi la population, explique Mme Pignac-Kobinger qui a également travaillé de nombreuses années à l’Université de Miami.

Une pièce d'un laboratoire dans laquelle il y a un bureau et une station de manipulation.

Le laboratoire du docteur Gary Kobinger

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

La présidente prêche d’ailleurs pour sa paroisse : l’existence d’un laboratoire comme celui de GuardRX au Québec représente un excellent moyen pour retenir les meilleurs chercheurs de la province.

On a des chercheurs de qualité internationale qui travaillent dans un petit laboratoire à Batiscan. Ça amène, je trouve, une richesse au Québec. On ne se rend pas compte des cerveaux qu’on a ici. Puis, je trouve qu’il faut qu’on investisse pour les garder, explique-t-elle.

COVID longue au menu

Auparavant à Trois-Rivières, le laboratoire va se pencher sur divers projets dans les prochaines années.

Un bâtiment vu de l'extérieur.

Le nouveau laboratoire du docteur Gary Kobinger est situé près de la rivière Batiscan.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Si les collaborations internationales et le vaccin contre les tiques à pattes noires occupent une bonne partie de leur temps, les cinq chercheurs de GuardRX attendent aussi le financement du département de la Défense des États-Unis (DOD) pour se lancer dans des recherches portant sur les causes de la COVID-19 de longue durée.

On veut déterminer les biomarqueurs qui vont justement déterminer si un patient a la COVID longue. On veut diagnostiquer plus rapidement [...] parce que, pour l’instant, c’est difficile, explique la docteure et directrice générale de GuardRx, Marie-Edith Nepveu-Traversy.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !