•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Envisager un voyage de jeunesse dans les années 1980

Un jeune homme salue ses proches en embarquant à bord d'un avion.

Le premier voyage d'un jeune qui vole de ses propres ailes peut être source d'inquiétude pour ses parents.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les voyages forment la jeunesse, dit le proverbe, mais encore faut-il bien s’y préparer. Des reportages tirés de nos archives nous présentent quelques options qui s’offraient aux jeunes au tournant des années 1980.

Le voyage est certainement une des pédagogies les plus agréables, mais comment en réduire les risques? s’interroge l’animatrice Marie-José Dancoste à l’émission Rond-Point du 18 mai 1984.

À ses côtés, la directrice de l’agence de voyages Exploration-Monde Corinne Ponsoda se propose de rassurer les parents inquiets avec quelques conseils qui guideront leurs jeunes dans l’organisation d’un voyage.

L'animatrice Marie-José Dancoste recueille les propos de l'agente de voyage Corinne Ponsoda, qui donne des conseils aux jeunes souhaitant faire un premier voyage à l'international.

En ce début des années 1980, les jeunes cherchent de plus en plus à sortir des circuits touristiques, observe Corinne Ponsoda. Ils souhaitent aller à la rencontre des gens d’un pays, s’intégrer et en apprendre le plus possible sur l’endroit où ils se trouvent.

L’agente de voyage doit modérer leurs attentes, car bien souvent ils veulent voir trop de pays en trop peu de temps, ce qui ne leur permettrait pas de bien s’imprégner d’une région. Pour ce qui est du projet de travailler outre-mer, elle les met en garde : travaillez pour l’expérience de vie que vous en tirerez et non pour amasser de l'argent.

La clé d’un voyage réussi réside dans sa préparation. Corinne Ponsoda conseille à ses clients de concevoir un itinéraire selon leurs intérêts personnels et non à partir des brochures qu'ils ont feuilletées. Les auberges de jeunesse deviennent ensuite un quartier général pour en découvrir plus sur leur destination, puisque de nombreuses excursions et expéditions bien adaptées sont proposées aux membres.

Le choix d’une auberge de jeunesse comme type d’hébergement a aussi l’avantage de sécuriser les parents, souligne l’agente de voyage. Dans les années 1980, ce sont des lieux avec des règles très sévères : pas d’alcool, pas de drogues, des dortoirs séparés pour les garçons et les filles et une programmation axée sur le plein air.

En voyage, vous ne pouvez pas faire n’importe quelle folie! Agissez comme vous le feriez à la maison, suggère Corinne Ponsoda comme ligne de conduite. On prendra aussi le temps de bien se renseigner sur les us et coutumes du pays que l’on visite en faisant des lectures et en visionnant des documentaires.

Puis, pour rassurer les parents une fois sur place, on pourra toujours aller au bureau de poste afin de leur écrire, leur envoyer un télégramme et même recevoir leur courrier.

Laissez-les partir parce qu'ils vont revenir tellement plus beaux, tellement pleins d'images dans les yeux, conclut Corinne Ponsoda à l’attention des parents. Il faut les laisser partir, les laisser vivre.

Les animateurs Jacques Lemieux et Mario Lirette recueillent les destinations de voyage rêvées des jeunes qui assistent à l'émission.

On pourrait croire que les jeunes voyageurs ont tous envie d’aventure et d’exotisme, mais leurs aspirations peuvent grandement différer, nous montre ce segment de l’émission Téléjeans du 23 septembre 1978.

Les animateurs Jacques Lemieux et Mario Lirette posent la question suivante aux jeunes réunis dans le studio de l’émission : quel est votre grand rêve de voyage et pourquoi?

J'aimerais ça me promener un peu partout dans le monde pour savoir plus tard où j'aimerais m'installer, répond un premier jeune.

De plus en plus, les voyages sont tellement organisés qu'on ne s'intègre pas du tout dans le pays où l'on va. On va voir les hôtels plutôt que le pays en tant que tel, observe une seconde participante à l’émission.

« La Lune avec une navette spatiale! C'est presque possible bientôt! »

— Une citation de  Un participant à l'émission

J’aimerais découvrir un pays nordique comme le Danemark, suggère un autre, afin de voir de quelle façon d’autres pays semblables au Canada vivent leur nordicité.

Avant tout, je découvrirais mon pays, propose une jeune fille. On parcourt la planète afin de mieux comprendre les gens, leur façon de penser, les spécificités de leur région. Pourquoi alors ne pas commencer par explorer notre propre pays avant de voir le monde?

Reportage de Marc Béliveau sur les nombreux jeunes voyageur québécois qui se rendent en Colombie-Britannique en quête d'aventures. Le bulletin de nouvelles est présenté par Michèle Viroly.

Parcourir le Canada d’est en ouest est effectivement le premier voyage solo que feront bien des jeunes Québécois qui ont des fourmis dans les jambes.

« Vancouver, cette perle de la Colombie-Britannique, attire chaque année ceux et celles qui sont en mal d'aventure et de changement », déclare Michèle Viroly au bulletin de nouvelles Hebdo Dimanche du 25 juillet 1982.

Dans les rues de la métropole de la côte ouest canadienne, il n’est pas rare d’entendre parler français, observe le journaliste Marc Béliveau. Dans son reportage, il nous présente les lieux de rendez-vous privilégiés des Québécois qui ont pour la plupart fait le voyage en auto-stop.

Une visite des Rocheuses serait incomplète sans avoir vu le Pacifique et s'être étendu sur une plage sablonneuse de Vancouver, suggère-t-il afin d’expliquer cette vague de jeunes voyageurs qui se répète chaque année durant la période estivale.

Ils ont 20 ans, ils cherchent l'aventure ou du travail, conclut le journaliste. Ils sont venus pour apprendre l'anglais, mais à 3000 milles de la maison, quoi de plus naturel que de se retrouver entre eux? À l’autre bout du pays, espérons du moins qu’ils découvriront d’autres horizons.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.