•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada rétablit les tests de dépistage aléatoires pour les voyageurs aériens

Une main gantée tient un tube et un emballage de plastique dans lequel se trouve un écouvillon servant au dépistage de la COVID-19.

Les tests ne seront plus effectués à l'aéroport, mais auprès d'un fournisseur externe dans les jours suivant l'arrivée du voyageur.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

Les tests aléatoires de dépistage de la COVID-19 reprendront à compter de mardi pour les voyageurs considérés comme entièrement vaccinés qui arriveront au Canada par avion dans les quatre principaux aéroports canadiens.

Les aéroports touchés sont ceux de Montréal, Toronto, Vancouver et Calgary.

Pour être considérés comme entièrement vaccinés, les voyageurs doivent avoir reçu une série primaire d'un vaccin anti-COVID accepté pour les voyages par le gouvernement du Canada, au moins 14 jours avant l'entrée au pays.

Les voyageurs qui ne sont pas considérés comme entièrement vaccinés, à moins qu'ils n'en soient exemptés, doivent continuer à effectuer un test de dépistage au jour 1 et au jour 8 de leur quarantaine obligatoire de 14 jours.

Tous les tests de dépistage de la COVID-19 pour les voyageurs par voie aérienne seront effectués à l'extérieur des aéroports, soit en personne dans certains emplacements comme des magasins ou pharmacies, soit lors d'un rendez-vous virtuel pour un test d'autodépistage.

Les voyageurs par voie aérienne sélectionnés pour un test aléatoire obligatoire recevront un avis par courriel dans les 15 minutes suivant la présentation de leur déclaration relative aux douanes, qui comprend des renseignements qui les aideront à prendre des dispositions pour effectuer leur test auprès d'un fournisseur dans leur région.

Si le résultat du test est positif, le voyageur devra s'isoler pendant 10 jours à partir de la date de réception du résultat, conformément aux exigences fédérales.

Les voyageurs doivent continuer d'utiliser l'application ou le site Internet ArriveCAN pour fournir des renseignements obligatoires concernant leur voyage dans les 72 heures précédant leur arrivée au Canada ou avant de monter à bord d'un navire de croisière à destination du Canada.

C'est un retour en arrière qui suscite des interrogations. À compter de mardi prochain, les voyageurs pleinement vaccinés devront à nouveau subir des tests de dépistage aléatoires quand ils arrivent au pays. Le gouvernement fédéral remet cette mesure en place un mois après l’avoir suspendue, même si certains épidémiologistes doutent de son efficacité. Reportgae d'Olivier Bachand.

Surveillance virale

Nous devons maintenir les mesures liées au dépistage aux frontières, puisque c'est ainsi que nous suivons l'importation du virus responsable de la COVID-19 et des variants préoccupants, a expliqué le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, par communiqué.

Questionné sur l'exception canadienne dans le rétablissement d'une telle mesure alors que d'autres pays l'ont abandonnée, le Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint à l'Agence de la santé publique du Canada, a donné le même argument de la surveillance virale.

C’est très important pour notre programme de surveillance, a-t-il répondu en conférence de presse, jeudi, en soulignant que le traçage d'autres variants préoccupants et de nouvelles souches éventuelles pourrait être partagé à l'échelle internationale.

Le rétablissement de cette mesure sanitaire laisse toutefois perplexe le Dr Jesse Papenburg. Ce spécialiste en infectiologie pédiatrique et microbiologiste médical à l'Hôpital de Montréal pour enfants doute de l'efficacité de ces tests pour restreindre la transmission virale ainsi que l'arrivée de nouveaux variants.

« À moins de tester tout le monde, c’est un peu un fromage suisse [...]. Pour moi, ce n’est pas une solution efficace. »

— Une citation de  Jesse Papenburg, spécialiste en infectiologie pédiatrique et microbiologiste médical à l'Hôpital de Montréal pour enfants

Du côté de l'industrie touristique, le rétablissement de cette contrainte sanitaire fait sourciller ceux qui craignent son effet dissuasif sur les projets des vacanciers étrangers en pleine saison touristique.

Éric Boissonneault, vice-président de l'Association des agents de voyages du Québec (AAVQ), reconnaît toutefois une belle adaptation du gouvernement fédéral pour ne plus avoir à faire subir ces tests à l'aéroport.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !