•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une toile en fibre de verre pour lutter contre le myriophylle à épis

L'homme est debout derrière du myriophylle à épis.

Le président de l'Association des riverains des Trois-Lacs, Claude Tremblay, juge qu'il faudra un jour exercer un meilleur contrôle sur le lac pour éviter la propagation du myriophylle à épis.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Radio-Canada

La lutte contre le myriophylle à épis s’étend au lac Trois-Lacs, aux abords de Val-des-Sources. Une toile en fibre de verre a été installée au fond de l’eau sur une superficie de 5000 m2 pour tenter de bloquer sa propagation.

La lutte contre cette espèce exotique envahissante a commencé il y a maintenant cinq ans au lac Trois-Lacs. Cet été, une nouvelle bâche en fibre de verre installée au fond du plan d'eau pourrait faciliter la bataille.

La bâche élimine toute végétation, explique Sarah Thibaudeau-Gosselin, chargée de projets à la Régie intermunicipale de restauration et de préservation au lac Trois-Lacs. Ça fait sauver énormément de temps aux plongeurs, qui n’ont pas besoin d’aller arracher sur de grandes superficies.

L'équipe espère ainsi reprendre éventuellement le dessus sur la propagation de cette plante nuisible à l'environnement.

Ça encrasse les moteurs de bateau, c’est tannant pour la baignade et c’est une plante qui pousse extrêmement rapidement, qui va vite compétitionner pour la lumière et empêcher les espèces indigènes du Québec de proliférer.

Une citation de Sarah Thibaudeau-Gosselin, chargée de projets à la Régie intermunicipale de restauration et de préservation du lac Trois-Lacs

Si rien n'était fait dans ce lac, le myriophylle à épis pourrait recouvrir une superficie non négligeable.

Jusqu’à 60 % de la superficie du lac pourrait être colonisée par le myriophylle, donc c’est encore plus important d’agir rapidement, soutient Mme Thibaudeau-Gosselin.

En plus de la bâche, des plongeurs continuent d’arracher le myriophylle à l'aide d’un instrument qu’ils ont eux-mêmes conçu. Leurs résultats sont encourageants, mais c’est une lutte à très très très long terme, soutient Martin Guay, plongeur au lac Trois-Lacs.

Le président de l'Association des riverains au lac Trois-Lacs, Claude Tremblay, juge quant à lui qu’il faudra tôt ou tard exercer un meilleur contrôle sur la circulation des bateaux sur lac pour que l'opération soit couronnée de succès.

Selon lui, il y a en effet trop de bateaux dotés de moteurs inutilement puissants qui contribuent à la prolifération des espèces aquatiques envahissantes.

Un petit plan d’eau de 1 km sur 2 km, il va y avoir 400 embarcations la fin de semaine. Je suis un peu désolé de voir qu’une partie de la population n’a pas de conscience de l’environnement [...]. C’est un petit peu décourageant, soupire-t-il.

Selon des données du ministère de l’Environnement, le myriophylle à épis est présent dans des dizaines de lacs du Québec, dont 24 en Estrie.

Avec les informations de Thomas Deshaies

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.