•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comparution de la femme accusée d’en avoir poussé une autre dans le métro de Toronto

Shamsa al-Balushi s'est brisé des côtes, mais on ne craint plus pour sa vie.

Des personnes sont debout à l'extérieur d'une station de métro.

L'agression contre la Torontoise s'est produite à la station Bloor-Yonge dans la soirée du dimanche 17 avril 2022.

Photo : Radio-Canada

À Toronto, Edith Frayne qui est accusée d'avoir poussé une femme qu'elle ne connaissait pas sur les rails du métro de la ville en avril a brièvement comparu mercredi de sa prison.

Edith Frayne est apparue par visioconférence de sa prison à Milton. Son avocat Nicholas Xynnis était présent en ligne à l'audience virtuelle devant la juge Lori Anne Thomas de la Cour de justice de l'Ontario.

La femme qui a été arrêtée le soir du 18 avril à la station de train GO Finch dans le nord de la ville, soit 24 h après le crime pour lequel elle est accusée.

Sa présumée victime de 39 ans, qui avait été blessée dans la chute sur les rails du métro, s'était abritée sous la plateforme avant l'arrivée du train.

Shamsa al-Balushi poursuit pour un million de dollars la Commission de transport de Toronto pour négligence.

Comparution humiliante

Edith Frayne était vêtue de sa tenue verte de prisonnière dans sa cellule. Elle n'a pu être conduite à la salle des vidéoconférences de l'établissement pour son audience à cause d'un manque de personnel dans la prison.

Une agente correctionnelle a dû tenir la caméra d'un téléphone cellulaire devant la trappe de la porte de la cellule pour laisser entrevoir la détenue à travers l'ouverture et faciliter le lien audiovisuel avec le tribunal du centre-ville.

Le ministère du Solliciteur de l'Ontario n'a pas répondu à nos demandes d'explication au sujet des conditions de travail à la prison pour femmes Vanier.

une vue du parc de stationnement avec de l'herbe devant la prison

Le complexe de la prison provinciale Vanier-Maplehurst. Le bâtiment Vanier est réservé aux femmes.

Photo : Carte de Google

Les conditions dans lesquelles l'audience s'est tenue durant une vingtaine de minutes ont obligé Edith Frayne à se contorsionner pour se faire voir et se faire entendre.

Un interdit de publication nous empêche d'en dire plus dans cette affaire, mais la prévenue devra retourner au tribunal le 12 août prochain pour la suite des procédures sur le cautionnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !