•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pêche au homard : la saison 2022 fracasse des records aux îles de la Madeleine

Des pêcheurs trient leurs homards à bord d'un bateau.

La saison 2022 a battu les records des dernières années avec des débarquements de près de 15 millions de livres de homard valant plus de 118 millions de dollars (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La saison de pêche au homard qui vient de se terminer dans l’archipel madelinot atteint de nouveaux sommets en ce qui concerne la quantité et la valeur globales des captures.

Jamais la pêche au homard n'a été aussi lucrative dans la zone 22. La valeur cumulative des débarquements atteint 118,2 millions de dollars selon les chiffres compilés mardi par l'Office des pêcheurs de homards des Îles-de-la-Madeleine.

Il s'agit d'une hausse de près de 16 % par rapport au sommet historique de l’an dernier.

La quantité de homards débarquée sur les quais madelinots s’élève à 14,75 millions de livres, pulvérisant ainsi le record établi en 2020 avec une marge de près de 10 % d’augmentation.

C’est du jamais vu, lance le président de l'Office de pêcheurs de homards des Îles-de-la-Madeleine, Rolland Turbide.

Ça a été une année exceptionnelle, enchaîne le président du Regroupement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles, Charles Poirier. On a eu du beau temps toute la saison, notre stock est en santé.

« Autant pour la valeur des débarquements que pour les prises, on connaît une année record, on ne peut pas demander mieux! »

— Une citation de  Charles Poirier, président du Regroupement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles
Charles Poirier photographié devant son bateau, au quai de Pointe-Basse à Havre-aux-Maisons.

Charles Poirier est président du Regroupement des pêcheurs et pêcheurs des côtes des Îles. Il s'agit du plus important des trois regroupements de pêcheurs de homard de l'archipel, car il rassemble 206 des 325 homardiers (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Bien que les statistiques finales pour chacun des havres de pêche ne soient pas encore disponibles, les représentants des pêcheurs affirment déjà avec conviction que ce sont les homardiers du nord de l’archipel qui ont connu les hausses des captures les plus marquées.

Les chiffres provisoires fournis par Pêches et Océans Canada font état d’augmentation des débarquements de 85 % à Grosse-Île et de 87 % à Pointe-aux-Loups durant certaines semaines de pêche.

Ça a été beaucoup mieux du côté nord que du côté du sud, mais il y a des années où c’est l’inverse, ça s’équivaut, affirme Rolland Turbide.

Les prises étaient vraiment anormalement élevées par rapport aux autres saisons, rapporte le président de l’Association of inshore fisherman of the Magdalen Islands, David Burke, qui représente de nombreux pêcheurs anglophones de Grosse-Île.

« Certains pêcheurs m’ont dit qu’ils avaient pêché plus de 1000 livres par jour durant toute la saison. Ça ne s’était jamais vu avant. »

— Une citation de  David Burke, président de l’Association of inshore fisherman of the Magdalen Islands

Ce dernier n'a pas d'explication précise pour comprendre le phénomène, si ce n’est que la météo clémente et l’absence de tempêtes. Les vents du sud nous ont aidés, croit M. Burke.

Le port de pêche de Grosse-Île aux îles de la Madeleine rempli de homardiers.

Les pêcheurs du nord de l'archipel, dont ceux de Grosse-Île, ont connu des hausses de captures vertigineuses (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

À l'exception de 2021, année durant laquelle les captures ont connu une légère diminution, les quantités de homards ramenées sur les quais madelinots sont en hausse depuis 2016.

Ça montre que la ressource est là et on remet encore à l’eau beaucoup de petits homards et beaucoup de femelles avec des œufs, ça regarde bien pour les prochaines années, mentionne le président de l'Office de pêcheurs de homards des Îles-de-la-Madeleine, Rolland Turbide.

Un plan mixte de mise en marché du homard est en vigueur dans l'archipel madelinot depuis 1991. L'Office des pêcheurs de homard des Îles négocie chaque année une convention de mise en marché avec l'Association québécoise de l'industrie de la pêche qui représente les acheteurs, dans le but, entre autres, de fixer le prix des captures pour les 325 homardiers madelinots.

Des prix à la baisse et des dépenses à la hausse

Bien que la valeur cumulative des débarquements ait atteint un nouveau sommet, le prix moyen pondéré versé aux pêcheurs a diminué de 0,51 $/lb, par rapport à l’an, pour s'établir à 8,02 $/lb.

L'an passé, les pêcheurs avaient obtenu le montant historique de 11,03 $/lb lors de la dernière semaine de pêche, alors que cette année, le prix n’a jamais dépassé 8,91 $/lb durant les neuf semaines de pêche.

Prix moyens pondérés versés aux homardiers madelinots

  • Saison de pêche 2022 : 8,02 $/lb
  • Saison de pêche 2021 : 8,53 $/lb
  • Saison de pêche 2020 : 4,95 $/lb
  • Saison de pêche 2019 : 6,64 $/lb

Source : Office des pêcheurs de homard des Îles

C’est une très bonne saison, mais les prix ont quand même baissé, il faut quand même être réaliste, affirme le président de l’Association des pêcheurs propriétaires des Îles-de-la-Madeleine, Mario Déraspe. Il y a une diminution dans les prix, mais une bonne augmentation dans les prises.

M. Déraspe, qui vient de terminer sa 46e saison de pêche, souligne la hausse significative des dépenses des capitaines propriétaires, dans le contexte d’inflation.

Le prix du diesel a plus que doublé cette année et le coût des appâts a augmenté beaucoup, remarque-t-il.

Rolland Turbide photogrphié devant une pancarte de l'Office des pêcheurs de homard des Îles-de-la-Madeleine.

Rolland Turbide croit que les prix offerts aux pêcheurs des Îles ont été justes par rapport aux autres flottilles du golfe. Le comité des prix va se rencontrer jeudi pour faire le point sur la saison 2022, mais M. Turbide n'entrevoit pas pour l'instant de demande de révision.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Les pêcheurs n'ont pas encore terminé leur budget, mais les quelques milliers de livres de homards supplémentaires pêchés viennent compenser un peu les hausses des dépenses, note Rolland Turbide, en précisant que le salaire des aides-pêcheurs est aussi en augmentation.

Par ailleurs, les homardiers madelinots se réjouissent qu’aucune baleine noire n’ait été détectée dans leur zone de pêche en 2022, contrairement à l’an dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !