•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le comportement de Samuel Girard lors du défilé de la Coupe Stanley fait réagir

Un joueur soulève le trophée.

Âgé de 24 ans, Samuel Girard soulève la coupe Stanley devant les partisans de sa région.

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

Le défilé de la Coupe Stanley à Roberval, tenu dimanche, au cours duquel de nombreux participants ont pu voir le hockeyeur professionnel Samuel Girard consommer de l’alcool allègrement, fait réagir dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Lors de l'événement, le joueur de l’Avalanche du Colorado a festoyé aux côtés de membres de sa famille et de son entourage. Il s’est même versé une bière sur la tête.

D’aucuns ont qualifié ce comportement d’inacceptable, en raison du fait que le hockeyeur robervalois doit prêcher par l’exemple.

La directrice générale d'Éduc'alcool, Geneviève Desautels, a visionné des vidéos où l’on peut voir Samuel Girard paraissant éméché. Il a même écourté la signature d'autographes en raison de son état, privant ainsi plusieurs de ses admirateurs de voir ou de toucher le mythique trophée.

La coupe Stanley à Roberval est un événement très particulier qui donne espoir que jouer au hockey est un rêve réalisable pour les jeunes [...]. Si le joueur de hockey en question l’échappe en termes de consommation excessive et que ça peut donner une image de banalisation de consommation excessive, c’est un message totalement incohérent, a fait valoir Geneviève Desautels, en entrevue à l’émission C’est jamais pareil.

Selon Geneviève Desautels, le fait que Samuel Girard soit une personnalité publique aurait dû inciter son entourage à mieux l’encadrer. Elle ajoute que le joueur et sa garde rapprochée ont passé du temps sur un bateau avant de se rendre à la marina pour un bain de foule. Dans ce contexte, en raison de la chaleur, une consommation peut avoir l’effet de trois, a fait valoir la directrice.

« C’est clair que chacun est responsable de sa propre vie. Mais est-ce que pour célébrer, on est obligés de consommer de façon excessive? On n’est pas obligé d’oublier le bel événement par un lendemain de veille. »

— Une citation de  Geneviève Desautels, directrice générale, Éduc'alcool

La directrice d’Éduc’alcool croit que des leçons seront tirées de cet événement.

Tu es devant des gens qui t’admirent, sans avoir un comportement irréprochable, tu dois être conscient de l’impact que tu peux avoir sur les jeunes, dit-elle.

Dans une lettre transmise à Radio-Canada, l'agent du hockeyeur, André Ruel, soutient que son client voulait redonner à sa communauté pendant la journée.

Oui, Sam en a pris un peu trop [de l'alcool] au goût de certains, mais il l’a fait avec les siens sans aller se cacher dans un domaine à l’extérieur de sa ville avec des personnes invitées triées sur le volet et se tenir loin de toutes critiques! Samuel va continuer à s’impliquer dans son milieu en participant à des levées de fond pour le sport chez les jeunes, pour l’hôpital de Roberval, la fibrose kystique, etc., a-t-il notamment écrit.

Le défilé de la Coupe Stanley a attiré près de 10 000 personnes à Roberval. Lundi, le public a pu aller à la rencontre de la coupe et du défenseur étoile une seconde fois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !