•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Calamine mêle rap engagé et humour sur Lesbienne woke sur l’autotune

Une femme croise les bras à côté de son vélo, posé contre un mur rempli de graffitis.

Calamine, rappeuse de Québec et Montréalaise d'adoption, est de retour avec un deuxième opus.

Photo : Facebook/Calamine

Radio-Canada

La rappeuse Calamine, Révélation Radio-Canada 2021-2022, a lancé vendredi son deuxième opus, Lesbienne woke sur l’autotune, pour lequel elle a trempé sa plume acérée dans l’humour et l’autodérision. Elle livre un album engagé et amusant à écouter.

Lesbienne woke sur l’autotune, c’est aussi le titre du premier simple de l’album lancé il y a quelques mois. Ce nouveau surnom que revendique fièrement Calamine est tiré d’une invective lancée à son endroit sur les réseaux sociaux.

C’est tellement bon, j’aurais voulu l’inventer que je n’aurais pas été capable, explique la rappeuse, Julie Gagnon de son vrai nom. Je trouve que c’est la figure parfaite de l'épouvantail actuel de la droite populiste, on dirait que c'est le prochain épouvantail de Mathieu Bock-Côté.

Comme sur Boulette Proof, son premier album, lancé en 2020, Calamine se sert de son micro pour aborder ses sujets fétiches, comme la culture queer, le féminisme ou encore le végétarisme sur J’mange pas ça des cadavres. Mais plus que jamais, l’artiste a voulu allier message fort et plaisir.

Je pense que le plus gros défi de la musique engagée, c’est de faire en sorte qu’elle ne soit pas trop lourde. Mon cheval de bataille, c’est de passer par l’humour et de trouver des manières amusantes d’amener des enjeux plus profonds, explique-t-elle. C’est peut-être pour ça que j’ai trouvé mon confort dans le rap [...] C’est vraiment un terrain de jeu optimal.

Renouer avec le R’n’B

La grande différence entre ce deuxième album et Boulette Proof, selon Calamine, c’est qu’elle et son équipe ont eu amplement de temps pour le créer. La rappeuse s’est enfermée pendant trois mois dans un studio avec son fidèle concepteur rythmique, Kèthe Magané, pour peaufiner chaque chanson et tenter des expériences, notamment celle d’utiliser pour la première fois un vibraphone.

Calamine décrit la musique de son deuxième opus comme un patchwork d’influences passant du jazz à la soul avec un gros plan sur le R’n’B. On ne s’est pas gênés pour se réconcilier avec le R’n’B. Il y a des chansons d’amour plus chantées, comme la chanson Amazone que j’ai faite en collaboration avec Shah Frank, explique-t-elle.

Je suis vraiment contente d’aller là. Des fois, je trouve que [le rap] peut être un peu carré et qu’il a tourné le dos aux mélodies, aux refrains un peu plus chantés.

En plus de Shah Frank, Lesbienne woke sur l’autotune comprend des collaborations avec l’autrice-compositrice-interprète montréalaise Xela Edna et avec Megi Merlin, étoile montante du R’n’B alternatif de Montréal. Calamine sera en concert le 15 juillet à Québec, sa ville natale, à l’occasion du Festival d’été de Québec.

Ce texte a été écrit à partir d'une entrevue réalisée par Claudia Hébert, chroniqueuse culturelle à l'émission Tout un matin. Les propos ont pu être édités à des fins de clarté ou de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !