•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La liste noire secrète de personnalités à assassiner de Maurice « Mom » Boucher

L’ancien chef de police Jacques Duchesneau et l’ancien ministre de la Sécurité publique Serge Ménard se trouvaient notamment sur cette liste.

Maurice « Mom » Boucher portant des lunettes fumées.

Maurice « Mom » Boucher

Photo : Radio-Canada

Au tournant des années 2000, le défunt chef de guerre des Hells Angels, Maurice « Mom » Boucher, prévoyait faire assassiner l'ancien chef de la police de Montréal, le ministre de la Sécurité et des personnalités publiques du monde des médias.

L'ancien chef de police Jacques Duchesneau, l'ancien ministre de la Sécurité publique Serge Ménard, le défunt journaliste aux affaires policières du Journal de Montréal Michel Auger et l'ancienne animatrice de l'émission J.E. Jocelyne Cazin faisaient partie de cette liste gardée secrète chez les Nomads, la branche armée des Hells Angels.

Maurice Boucher ne connaissait aucun d'entre eux personnellement. Ce qu'il voulait faire, c'était de frapper l'imaginaire en s'en prenant à des gens qui avaient des rôles importants, entre autres le système judiciaire, explique Guy Ouellette, député indépendant de la circonscription de Chomedey à l'Assemblée nationale et ancien spécialiste des motards.

L'ancien chef de guerre avait donc une liste noire officielle d'ennemis à tuer, mais également une liste secrète de personnalités qui n'avaient aucune implication directe dans le conflit qui opposait les Hells Angels aux Rock Machines.

De cette liste, Michel Auger a été le premier tiré à bout portant dans le stationnement du Journal de Montréal le 13 septembre 2000. Pris par surprise par un tireur qui l'attendait dans le stationnement du quotidien, le journaliste d'enquête est atteint de six balles au haut du corps au moment de sortir de sa voiture.

Michel Auger, en entrevue.

Le défunt journaliste aux affaires policières, Michel Auger, avait survécu à une tentative de meurtre par arme à feu en septembre 2000.

Photo : Julie Mainville

C'est lui-même, en survivant miraculeusement à cet attentat, qui révélera l'existence d'une liste noire de personnalités publiques à abattre parce qu'elles nuisaient à l'image et à l'expansion des Hells Angels.

Jacques Duchesneau, qui était l'ex-chef de la police de Montréal, était le deuxième dans la liste. Il avait non seulement fondé l'escouade Carcajou pour contrer les activités criminelles des Hells, mais il avait aussi fait des représentations à Ottawa pour mener à la première version de la loi antigang des années 1990, a renchéri une source policière, toujours en service aux enquêtes criminelles.

L'ancienne animatrice de l'émission J.E. Jocelyne Cazin et l'ancien ministre de la Sécurité publique Serge Ménard devaient être les victimes suivantes.

Maurice Boucher était ce que je qualifierais de sociopathe. Il n'avait aucun sentiment à l'égard du sort des autres. Au-delà de la liste de personnalités publiques, il avait l'ambition de faire tuer aussi des procureurs de la Couronne et des juges, ajoute l'enquêteur, qui préfère ne pas être identifié.

En tentant de faire mettre à genoux le système judiciaire, Maurice Boucher voulait montrer à son entourage qu'il était le plus fort.

Cette façon de s'imposer par la peur avait aussi un effet dissuasif pour ses tueurs à gages qui auraient pu être tentés de le couler auprès des policiers en échange de protection. Maurice Boucher leur passait le message que le système ne parviendrait pas à les protéger de lui, précise l'ex-spécialiste des motards criminels à la Sûreté du Québec Guy Ouellette.

Avant l'opération Printemps 2001, il était si violent que même les gangs de rue en avaient peur, indiquent des sources policières. Le démantèlement du chapitre des Nomads a en quelque sorte contribué à l'ascension des gangs de rue à Montréal, ajoutent ces sources.

Une pensée pour la gardienne Diane Lavigne

En apprenant la mort de Maurice « Mom » Boucher, l'ex-policier Guy Ouellette a aussi eu une pensée pour Diane Lavigne, tuée par balles le 26 juin 1997 après un quart de travail à la prison de Bordeaux.

Dans mon agenda, j'avais la date du 26 juin 2022. Il y a 25 ans, elle était assassinée froidement pour le simple plaisir de Maurice Boucher de vouloir intimider le milieu carcéral par la peur, rappelle Guy Ouellette.

Cette femme-là est morte sans savoir pourquoi. C'était purement gratuit. Si elle n'avait pas eu sa chemise de gardienne de prison en sortant du travail, elle n'aurait pas été tirée par Stéphane Gagné, qui avait eu la commande de tuer des gardiens de prison à la demande de Maurice Boucher, a-t-il précisé.

En septembre 1997, Pierre Rondeau, également gardien de prison, était abattu au volant de son fourgon cellulaire, à la hauteur d'une traverse de chemin de fer.

Je ne m'attends pas à des funérailles officielles pour Boucher de la part des Hells Angels, qui l'ont répudié il y a quelques années. C'est comme ça dans ce milieu, tu fais l'affaire quand tu remplis les poches d'argent de tout le monde. Le jour où tu te fais condamner à la prison à vie, tu n'as plus d'utilité pour l'organisation, conclut Guy Ouellette.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.