•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ukraine critique l’envoi de turbines depuis le Canada pour équiper un gazoduc russe

Un ouvrier marche près de valves et de tuyaux à l'extérieur.

Les tuyaux des installations du gazoduc Nord Stream 1 à Lubmin, en Allemagne, le 8 mars 2022.

Photo : Reuters / Hannibal Hanschke

La Presse canadienne

Le gouvernement ukrainien demande au Canada de réviser sa décision de permettre la livraison de turbines en Allemagne devant servir à équiper un pipeline de gaz naturel russe entre la Russie et l'Europe.

Pour l'Ukraine, la décision d'Ottawa de permettre l'envoi d'équipement de ce genre constitue un dangereux précédent qui risque de compromettre les sanctions économiques imposées à la Russie par l'Occident.

Dans un communiqué publié tard samedi soir, le ministre des Ressources naturelles Jonathan Wilkinson a indiqué que le Canada accordera à Siemens Canada un permis révocable et d'une durée limitée pour permettre le retour en Allemagne des turbines Nord Stream 1 réparées, ce qui soutiendra la capacité de l'Europe à accéder à une énergie fiable et abordable alors qu'elle poursuit sa transition en s'éloignant du pétrole et du gaz russes.

Les turbines à Montréal

Les turbines en question, de l'oléoduc Nord Stream de Gazprom, se trouvent dans une usine de l'entreprise allemande Siemens à Montréal pour être remises à neuf, a confirmé plus tôt cette semaine le ministre Wilkinson.

Le mois dernier, Siemens Energy avait fait savoir que les sanctions canadiennes imposées à la Russie en réaction à l'invasion de l'Ukraine l'empêchaient de renvoyer les turbines en Allemagne.

Le gouvernement canadien va finalement autoriser la livraison des pièces d'équipement parce qu'elles sont jugées essentielles à la société russe Gazprom pour l'approvisionnement de gaz en Allemagne.

En l'absence d'un approvisionnement nécessaire en gaz naturel, l'économie allemande subira des difficultés très importantes et les Allemands eux-mêmes risquent de ne pas pouvoir chauffer leurs maisons à l'approche de l'hiver, précise la déclaration écrite.

Profonde déception

Dimanche, les ministres ukrainiens des Affaires étrangères et de l'Énergie ont exprimé leur profonde déception en qualifiant la décision canadienne de dangereux précédent qui viole la solidarité internationale et qui va à l'encontre de la règle de droit.

Pour les ministres ukrainiens, la décision du Canada aura pour seule conséquence de renforcer le sentiment d'impunité de la Russie.

Siemens Energy avait déclaré à l'agence Associated Press, à la mi-juin, que Gazprom avait commencé à réduire les flux de gaz parce qu'elle n'avait pas été en mesure de retourner une turbine qui alimente une station de compression sur le pipeline, dont la maintenance était planifiée après plus de 10 ans de service.

Les tuyaux des installations d'un gazoduc

Le Canada justifie sa décision en évoquant les importantes répercussions sur la population et l'économie allemande s'il ne renvoie pas les turbines à Siemens.

Photo : Reuters / HANNIBAL HANSCHKE

Les politiciens allemands ont rejeté l'explication russe de la réduction de 60 % des flux de gaz à travers Nord Stream 1, affirmant que l'équipement n'aurait pas dû être un problème majeur jusqu'à l'automne et que la décision russe était un stratagème politique pour semer l'incertitude et augmenter les prix.

Le vice-chancelier allemand et ministre de l'Économie et du Climat Robert Habeck dit soupçonner que la Russie pourrait évoquer quelques petits détails techniques comme raison pour ne pas reprendre les livraisons de gaz.

Réduire la dépendance à la Russie

La réduction de l'approvisionnement en gaz survient au moment où l'Allemagne et le reste de l'Europe tentent de réduire leur dépendance vis-à-vis des importations d'énergie russes. L'Allemagne, qui a la plus grande économie d'Europe, obtient environ 35 % de son gaz pour alimenter l'industrie et produire de l'électricité à partir de la Russie.

Le mois dernier, le ministre Habeck est allé de l'avant avec la deuxième phase du plan d'urgence en trois étapes dans son pays pour l'approvisionnement en gaz naturel, avertissant qu'il était confronté à une crise et que les objectifs de stockage pour l'hiver étaient menacés.

Vendredi, la société énergétique Uniper, le plus grand importateur de gaz russe en Allemagne, a demandé au gouvernement de l'aide financière pour faire face à la hausse des prix de l'essence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !