•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ingénieur Simon Houle aurait fait preuve d’inconduite sexuelle après son absolution

Simon Houle sur un balcon

Simon Houle a été absous le 21 juin après avoir plaidé coupable d'avoir agressé sexuellement une amie et pris des photos de ses parties intimes.

Photo : Source anonyme

Moins de deux semaines après avoir bénéficié d’une absolution pour agression sexuelle et voyeurisme notamment grâce à sa « bonne moralité », l’ingénieur Simon Houle aurait empoigné les fesses d’une autre femme sans son consentement dans un bar de Cayo Coco, à Cuba.

Vickie Vachon est sous le choc depuis son retour au Québec, le 5 juillet, après un séjour d’une semaine au Memories Caribe Beach Resort.

L’enseignante des Laurentides de 40 ans y a séjourné avec une dizaine d’amies pour souligner le départ à la retraite d’une collègue. Elle aurait croisé la route de Simon Houle, en vacances au soleil quelques jours après avoir obtenu une absolution conditionnelle à Trois-Rivières, comme en témoignent des photos obtenues par Radio-Canada.

« Je veux que les juges y repensent à deux fois avant de laisser en liberté un agresseur. »

— Une citation de  Vickie Vachon

Vickie Vachon affirme avoir été touchée de façon inappropriée par l’homme de 30 ans, dans la nuit du 3 au 4 juillet, après qu’il lui eut empoigné les fesses de façon très agressive, devant témoin, près du bar de l’hôtel.

Ce n’est qu’à son retour au Québec, près de deux jours plus tard, que la mère de famille s'est rendu compte que celui qui s’en était pris à elle faisait les manchettes en raison d’une décision controversée du juge Matthieu Poliquin, de la Cour du Québec.

Simon Houle marche dehors près d'un jardin.

Simon Houle s'est rendu à Cuba, où il aurait eu des comportements inappropriés.

Photo : Source anonyme

Simon Houle a été absous le 21 juin après avoir plaidé coupable d'avoir agressé sexuellement une amie et pris des photos de ses parties intimes lors d’une fête à Trois-Rivières en 2019. Le juge a estimé que les conséquences d'un casier judiciaire seraient disproportionnées puisque Simon Houle ne pourrait plus voyager pour son travail. Simon Houle aurait démontré qu'il est une personne de bonne moralité et que ses crimes sont contextuels et ponctuels dans sa vie, peut-on lire dans la décision.

Radio-Canada a communiqué avec Simon Houle vendredi pour lui permettre d’offrir sa version des faits. L’ingénieur n’a pas répondu et son avocat, Pierre Spain, a décliné la demande d’entrevue de la société d’État.

Simon Houle n’est pas accusé en lien avec les allégations de Vickie Vachon et les déclarations de cette dernière n’ont pas passé le test des tribunaux.

L'ingénieur Simon Houle est visé par une allégation d'inconduite sexuelle, qui serait survenue moins de deux semaines après son absolution conditionnelle. Notre journaliste Geneviève Garon et l'avocat-criminaliste Charles Côté commentent.

Simon m’a pris la fesse d’une façon très, très intense

Le soir des événements allégués, Vickie Vachon était au bar de l’hôtel avec des amis lorsqu’un prénommé Simon se serait joint à leur conversation. Il m’a montré des photos dans son cellulaire et m’a parlé de son travail d’ingénieur [...], de sa mère décédée dont il a pris soin, qu’il conduit des avions, qu’il a deux frères, qu’il aime les voyages, etc. [...] On a vraiment eu de belles discussions.

Au moment de raccompagner une amie à sa chambre, la mère de famille aurait proposé à trois personnes, dont Simon Houle, de marcher avec elles.

C’est à leur retour vers le bar, quelques minutes plus tard, que l’attouchement serait survenu.

En marchant, Simon m’a pris la fesse d’une façon très, très intense, très agressive, une très grosse poignée de fesse. La femme aurait réagi promptement contre l’homme, qu’elle décrit comme un colosse.

« Je me suis fâchée. Je lui ai hurlé dessus. Je lui ai donné un bon coup de pied sur les tibias. »

— Une citation de  Vickie Vachon

Tout de suite, je lui ai demandé : "Peux-tu me dire qu’est-ce que j’ai fait ou qu’est-ce que j’ai dit qui t’a permis de croire que tu avais le droit de me toucher? Dis-le moi!" Je le savais que la réponse était non [...]. Et là, il disait : "Je suis désolé, je suis désolé, c’est mes mains. C’est pas moi, c’est mes mains".

La discussion se serait poursuivie de retour au bar.

Je lui ai fait une bonne morale. Je pense que ma discussion a dû durer de 20 à 30 minutes. Je lui ai dit en le regardant dans les yeux : "Coudonc, toi au Québec, fais-tu ça, toucher les fesses des filles? Quand tu rentres dans un bar, est-ce que tu te permets de toucher les filles comme tu viens de me le faire?" [...] Je lui fais la morale digne d’une enseignante qui parle à un élève.

J’ai l’impression qu’il comprend, car il devient les yeux plein d’eau. Donc, à ce moment-là, je me dis : "Il a compris, il ne le fera plus". Vickie Vachon n’avait aucune idée que l’homme à qui elle faisait la leçon sur la notion de consentement pouvait être un agresseur sexuel tout juste absous, qui avait aussi reconnu devant le tribunal avoir agressé sexuellement une autre femme dans le passé, sans avoir été accusé.

Elle affirme avoir compris l’absurdité de la situation à son retour au Québec, le lendemain.

Ça m’a troublée au plus haut point

Revenue dans sa famille au Québec sans avoir reparlé à Simon, Vickie Vachon dit avoir éprouvé un choc en reconnaissant le visage de Simon Houle dans les médias.

Je vois sa grosse face [dans les articles]. Je lis, mais je suis dans l’émotion. [...] Je vois "agression sexuelle" et là, ça spine dans ma tête. [...] Quand j’ai ouvert la télévision, ils en parlaient en direct.

Vickie Vachon reproche au système judiciaire de ne pas l’avoir protégée.

Vickie Vachon en entrevue à l'extérieur.

Vickie Vachon

Photo : Radio-Canada

« Qu’est-ce qui aurait pu m’arriver? Je vous le dis, c’est un grand gaillard. Et à la poignée de fesse qu’il m’a faite… C’est les pensées que j’ai en ce moment, de me dire qu’il aurait pu m’arriver quelque chose de grave. Parce que ce gars-là n’a pas de casier judiciaire. Parce qu’il peut voyager. »

— Une citation de  Vickie Vachon

Si ce gars-là avait été un mécanicien, il l’aurait eu, son casier judiciaire. Mais non, il est ingénieur, avec sa belle bague. Puis il a le droit d’être là. Puis il m’a abusée. C’est terrible. C’est terrible.

Plainte à la police

Vickie Vachon a porté plainte à la Régie de police du Lac des Deux-Montagnes.

On a reçu une plainte pour agression sexuelle jeudi passé, le dossier a été assigné à un enquêteur vendredi. On va rencontrer la victime au courant de la semaine pour savoir plus précisément ce qui s’est passé et l’enquête va suivre son cours, explique le relationniste Jean-Philippe Labbé sans confirmer l’identité de la personne visée.

Vickie Vachon dénonce la décision du juge Poliquin, qui sera portée en appel par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Je pense aux autres victimes. Comment elles doivent se sentir de savoir que ce gars-là peut encore faire tout ce qu’il veut ou presque? Il peut aller n’importe où. Dans n’importe quel pays. [...] Le système judiciaire en a encore échappé une.

Le cabinet du ministre de la Justice Simon Jolin-Barrette note que le dossier est entre les mains des policiers. L’enquête suit son cours. Rappelons par ailleurs que le DPCP a confirmé son intention de porter la décision en appel dans le dossier de cet ingénieur. Compte tenu du processus judiciaire en cours, nous ne ferons aucun autre commentaire, a ajouté le cabinet du ministre.

Un témoin oculaire

Radio-Canada s’est entretenue avec un autre touriste, qui ne voyageait pas avec Vickie Vachon et qui aurait été témoin de l’agression. Il a requis l’anonymat par crainte de représailles.

Simon [Houle] et Vickie [Vachon] marchaient et la main de Simon est allée sur les fesses de Vickie. Ensuite, j’ai vu Vickie réagir négativement. [...] Elle a donné un coup de pied à Simon sur son tibia.

Josée Binette, une enseignante retraitée qui participait au voyage, confirme avoir rencontré Simon Houle au bar de l’hôtel et affirme que Vickie Vachon lui a confié s’être fait agresser par lui, le lendemain des événements. Josée Binette a immédiatement reconnu l’ingénieur dans les médias à son retour chez elle. Je me suis dit que ce gars-là n’a pas compris. Il a vraiment besoin d’aide.

Manque d'assurance avec les femmes

Dans le rapport présentenciel de Simon Houle, produit le 24 février afin d’aider le tribunal à déterminer la peine appropriée pour l’agresseur, l’agent de probation mentionne que l’ingénieur a de la difficulté à entrer en communication avec les femmes.

Son intoxication lui permettait de faciliter ses relations hétérosociales, l’intimé soulignant présenter autrement une difficulté à aborder les femmes. Cette insécurité apparaît présente depuis sa jeunesse, ayant développé une certaine peur du rejet à l’adolescence en réaction aux railleries de ses pairs.

Dans le document obtenu par Radio-Canada, on peut lire que monsieur apparaît avoir usé de la victime, et de la sexualité en général, comme une méthode d’autovalidation face à ses insécurités et à son sentiment d’inadéquation dans ses relations avec les femmes.

Simon Houle a affirmé avoir diminué sa consommation d’alcool après son arrestation dans un effort conscient [pour] limiter le risque d’une nouvelle récidive.

L’agent estimait que l’homme [témoignait] d'un niveau de conscientisation adéquat, reconnaissant le caractère inadéquat de ses gestes ainsi que les conséquences subies par la victime.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.