•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des motocyclistes manitobains soutiennent le mouvement Chaque enfant compte

Des motocyclistes prennent le départ.

Le convoi de motocycliste est parti de Dhillon Automotive sur l'autoroute Pembina, à Winnipeg pour se rendre au pensionnat pour autochtones de Brandon.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Michel

Pour la deuxième année consécutive, des motocyclistes ont roulé ensemble de Winnipeg jusqu’au pensionnat pour Autochtones de Brandon afin de rendre hommage aux victimes et survivants de ces pensionnats.

En plus de continuer à faire la lumière sur ce pan triste de l'histoire du Canada, les organisateurs ont décidé de dédier la course à l’activiste manitobain originaire de la Première Nation de Peguis, Ray Mason, décédé il y a quelques mois.

Kyle Mason porte un chandail orange "Every Child Matters", il pose avec son jeune fils Elijah Mason.

Le fils (Kyle Mason) et le petit-fils (Elijah Mason) de Ray Mason sont touchés de savoir que l'événement lui est aussi dédié.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Michel

Le fils de Ray Mason, Kyle Mason, souligne que sa famille est honorée d’une telle décision.

Mon père et son groupe Spiritwind ont défendu pendant des décennies les droits des Autochtones. Ils ont eu un rôle clé dans tout le processus de compensation des victimes et survivants, rappelle-t-il.

« Je ne pourrais jamais remplacer mon père, mais j'essaie de défendre les survivants et les peuples autochtones à ma manière. »

— Une citation de  Kyle Mason

Moins de participants, mais toujours la même détermination

Environ 25 motocyclistes participaient à la course et tout autant de personnes sont venues les encourager. Ce chiffre est bien inférieur à l’année dernière, où environ 200 motocyclistes avaient répondu présents.

Bava Dhillon attache sur le trotteur de sa très jeune fille l'amblème orange Chaque enfant compte.

Bava Dhillon attache sur le trotteur de sa très jeune fille l'emblème orange Chaque enfant compte.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Michel

Pourtant, pour l’organisateur Bava Dhillon, l'important est ailleurs, 200 motos comme l’année dernière, ou 25 comme cette année, je continuerais l’année prochaine même s’il n’y a qu’une seule moto.

D’ailleurs, il continuera aussi longtemps que les gens doivent se souvenir, s’informer sur ce qu’il s’est passé et pour travailler à réparer ce qu’il s’est passé, dit-il.

Selon M. Dhillon, il est également probable que la pluie annoncée ait dissuadé certains participants.

D’origine Cri et sikh, Bava Dhillon affirme qu'il est important d'enseigner aux nouveaux Canadiens la véritable histoire de la création du pays.

Apprendre l'existence de fosses communes anonymes dans les pensionnats l’a pris au dépourvu.

«  Nous avons des familles d'immigrants qui viennent au Canada sans connaître la vérité sur la terre et les propriétaires légitimes de cette terre. »

— Une citation de  Bava Dhillon, organisateur
Des hommes Sikhs posent à côté de leurs motos.

Sikh Motorcycle Club of Manitoba s’est joint à l'événement en solidarité avec Chaque enfant compte.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Michel

Sikh Motorcycle Club of Manitoba s’est joint à l'événement en solidarité avec Chaque enfant compte.

La course est une façon pour les deux groupes de montrer aux Canadiens que tout le monde doit se serrer les coudes dans les moments difficiles, selon Bava Dhillon.

Cette détermination se retrouvait également chez les anciens de la communauté, présents au départ de Winnipeg. Ceux-ci ont souligné encore une fois que ce combat pour les droits des Autochtones et de ces enfants sera le combat d’une vie.

Les enfants nous emmènent en quelque sorte là où nous devons aller, mais les aînés nous montrent comment y arriver, a déclaré Bava Dhillon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !