•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’incendie est éteint à la Fonderie Horne

Un panache de fumée au-dessus d'installations industrielles.

De la fumée s'élevait au-dessus des installations de la Fonderie Horne vendredi.

Photo : Radio-Canada / Andréi Audet

L'incendie qui s'est déclaré vendredi à la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda est contenu et maîtrisé, assure l'entreprise.

Les pompiers du Service incendie de Rouyn-Noranda ont terminé l'opération tard vendredi soir.

Ils ont été rappelés tôt samedi matin pour éteindre de petits foyers d'incendie qui ont repris dans l'usine.

Ce n'est que vers 5 h 45 samedi que l'incendie, qui n'a pas fait de de blessés, a été déclaré éteint.

L'entreprise s'attend à subir des répercussions et une évaluation des dégâts sera faite plus tard. Des secteurs de l'usine sont tout de même en service, indique la surintendante aux communications et aux relations avec la communauté de la Fonderie Horne, Cindy Caouette.

C'est sûr qu'en ce qui concerne nos opérations, il va y avoir un impact parce qu'on parle quand même d'équipements essentiels pour nos procédés. Cependant, on a quand même de bonnes nouvelles : toutes nos composantes majeures semblent être en bon état. Donc, c'est sûr qu'il va y avoir des travaux à faire. Mais c'est certain qu'on va être quand même capables de poursuivre nos opérations, même si c'est en mode réduit, dit-elle.

L'entreprise compte mener une enquête afin de déterminer la cause de l'incendie.

Une forte odeur de fumée émanait des installations de l’usine, ce qui a amené la santé publique régionale à demander à la population de fermer les fenêtres et d'éteindre les systèmes de ventilation jusqu'à ce que l'incendie soit maîtrisé.

Cindy Caouette sourit au photographe.

Cindy Caouette, conseillère en communications pour la Fonderie Horne à Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Andréi Audet

Cindy Caouette dit que la population ne doit pas s'inquiéter outre mesure.

Au moment où l'incendie s'est déclaré, c'est dans un bâtiment où on ne trouve pas de matières dangereuses ou de produits toxiques, donc il n'y a pas d'inquiétude à avoir, dit-elle.

Le comité citoyen Arrêt des rejets d’émissions toxiques (ARET) s'inquiète également des impacts de l'incident sur la santé de la population qui vit à proximité des installations, mais il rappelle que ce type d'incident fait partie des risques inhérents à l'exploitation d'une usine en plein centre-ville.

C'est toujours quelque chose qui peut se produire, mais ça reste très inquiétant, affirme Nicole Desgagnés, porte-parole du comité ARET. J'habite assez loin et mes détecteurs de particules étaient très hauts. Je pense que je serais partie du quartier si j'habitais près de la fonderie, ajoute-t-elle.

Nicole Desgagnés pose près de la piste cyclable du lac Osisko. On voit au loin les deux cheminées de la Fonderie Horne.

Nicole Desgagnés, membre du comité Arrêt des rejets et émissions toxiques (ARET).

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Sylvie Nicole, rencontrée samedi matin près de l'usine, estime quant à elle qu'un meilleur suivi devrait être assuré par la fonderie auprès de la population au lendemain d'un incident qu'elle considère comme préoccupant.

J'ai des faiblesses au niveau des poumons, donc c'est sûr que j'ai fermé mes fenêtres et que j'ai évité de sortir de la maison. Je n'ai pas entendu autre chose ce matin là-dessus, donc je sors mes chiens, mais je ne sais pas si c'est sécuritaire de sortir. Je trouve que ça manque un peu de suivi, raconte-t-elle.

Pour Guylaine Lemay, une autre citoyenne croisée à proximité de la fonderie, l'inquiétude ne fait que s'accroître alors que l'entreprise est sous les feux de la rampe depuis plusieurs semaines en raison de ses émissions considérables de contaminants atmosphériques.

Est-ce qu'on habite à côté d'une bombe en voie d'exploser? se questionne Mme Lemay. Il y a déjà beaucoup trop de répercussions sur la santé des citoyens et tout ça est permis. On respire l'arsenic et les autres métaux lourds à tous les jours. Quand tout ça passe au feu, c'est sûr qu'on se demande quel impact ça peut avoir, ajoute-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !