•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premiers ministres font front commun pour de meilleurs transferts en santé

Deux rangées de personnes assises devant les drapeaux des territoires et des provinces du Canada.

Les premiers ministres ont rencontré des représentants d'organisations autochtones, lundi, lors du premier jour du Conseil de la fédération, à Victoria, en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / CHAD HIPOLITO

L’augmentation des transferts fédéraux en santé est au cœur des discussions de la rencontre du Conseil de la fédération, où les premiers ministres des dix provinces et des trois territoires du Canada se réunissent lundi et mardi à Victoria pour discuter des problèmes du pays.

Les problèmes d’accès aux services de soins de santé auxquels les Canadiens ont été exposés durant la pandémie ont accentué les pressions auxquelles sont soumis nos systèmes de santé. À moins que le gouvernement fédéral n’augmente de manière substantielle la part des coûts des soins de santé qu’il assume, ces pressions persisteront, a souligné le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, qui préside le Conseil.

Lors de la précédente rencontre du Conseil de la fédération, qui a eu lieu virtuellement au début de février, les dirigeants provinciaux et territoriaux avaient demandé à Ottawa d’augmenter sa contribution de 22 % à 35 % des dépenses en santé, soit environ 28 milliards de dollars de plus par année.

En conférence de presse lundi, John Horgan a insisté sur l’importance de cet enjeu et s’est dit triste que le fédéral ne se soit pas assis avec les provinces et territoires depuis une promesse faite il y a huit mois, ajoutant que les provinces et territoires ne peuvent pas compter sur un partenaire stable.

La priorité unanime des 13 premiers ministres des provinces et territoires, c’est le financement de la santé, a ajouté le premier ministre du Québec François Legault. Il demande une augmentation nécessaire et raisonnable des transferts afin que du personnel de santé puisse être recruté.

« Nous avons besoin d'un financement durable et prévisible de la part d’Ottawa afin de pouvoir établir nos budgets, prendre des engagements auprès des professionnels de la santé sur la façon dont nous allons répondre à leurs besoins et, surtout, comment nous allons servir les patients. »

— Une citation de  John Horgan, premier ministre de la C.-B.

John Horgan précise que l’objectif est que les territoires et provinces ne se volent pas entre eux les professionnels de santé. Tout le continuum de soins doit être repensé, a-t-il déclaré.

Interrogé sur le chiffre de 22 % de redistribution du fédéral vers le provincial, John Horgan s’est voulu plus ferme : On peut ergoter sur les chiffres, mais les Canadiens ne nous remercieront pas pour ça. Le premier ministre de la Colombie-Britannique a expliqué qu’à son arrivée à la tête de la province, le problème numéro 1 était la santé, et que cela perdure cinq ans plus tard.

« [Notre système de santé] nous différencie des États-Unis, Dieu merci pour ça! »

— Une citation de  John Horgan, premier ministre de la C.-B.

François Legault a quant à lui expliqué que l’aide du fédéral pendant la pandémie était non récurrente, mais que les besoins sont récurrents, avec des prévisions pour les années à venir qui rendront la situation impossible pour les provinces si les transferts ne sont pas accrus.

Il s’agit non seulement de la première rencontre du Conseil de la fédération en personne depuis le début de la pandémie mais également de la première rencontre interprovinciale depuis l’annonce de la démission de John Horgan.

Il ne sera toutefois pas le seul dirigeant à tirer bientôt sa révérence puisque le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a également annoncé sa démission à la fin de mai après avoir remporté de justesse le vote de confiance de son parti.

Augmenter les transferts en santé. Cette demande des provinces à Ottawa, elle revient continuellement dans l'actualité. Et c'est encore vrai aujourd'hui, alors que les premiers ministres des provinces et des territoires sont réunis à Victoria, pour la première fois en personne depuis 2019. Après 2 ans de pandémie, ils réclament d'une seule voix que le fédéral paie sa juste part. Reportage de Véronique Prince.

L'économie

Outre les discussions sur les soins de santé, les premiers ministres profiteront de cette occasion pour aborder les questions de relance économique et d’abordabilité alors que l’inflation poursuit sa progression au Canada.

Nous travaillons ensemble [...] pour trouver des moyens de réduire les coûts, a expliqué John Horgan, ajoutant que le problème majeur pour les employeurs est le recrutement de personnel.

Le premier ministre de la Colombie-Britannique a expliqué que cette conférence est l’occasion pour tous les premiers ministres de partager les bonnes pratiques contre l’inflation. Nous avons besoin de solutions durables à long terme à [tous] ces problèmes, a-t-il déclaré.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, prévoit quant à lui aborder la pénurie de main-d’œuvre qui touche plusieurs secteurs de l’économie et de la nécessité d’accepter plus d’immigrants qualifiés afin de pallier le manque de travailleurs.

De son côté, le premier ministre yukonnais, Sandy Silver, animera une discussion qui traitera de la souveraineté et de la sécurité dans l’Arctique, une question remise à l’avant-scène depuis l’offensive de la Russie en Ukraine, en février, faisant du même coup craindre des répercussions pour la sécurité du Nord.

Pour le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, il sera aussi question de discuter avec les autres dirigeants dans le but d'obtenir une plus grande autonomie par rapport à Ottawa et de développer l’industrie pétrolière et gazière de la province.

En plus de plusieurs réunions et conférences de presse au cours des deux jours que dure cette rencontre estivale, les premiers ministres ont également eu l’occasion de rencontrer lundi le chef de la nation Songhees, Ron Sam, et le chef de la nation Esquimalt, Rob Thomas, sur les territoires desquelles la rencontre se déroule.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...