•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Variole simienne : la communauté gaie encouragée à se faire vacciner d’ici la Fierté

Un immense drapeau de la fierté est porté dans les rues du quartier West End à Vancouver lors d'un défilé.

Le défilé de la Fierté de 2014 a attiré la foule dans le quartier West End à Vancouver, connu pour sa communauté gaie. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dick

Avec 18 cas de variole simienne confirmés en Colombie-Britannique, la régie de santé Vancouver Coastal change sa stratégie de vaccination pour cibler les communautés les plus à risque de contracter la maladie, comme les hommes gais, à l’approche des célébrations de la Fierté.

Bien que la variole simienne puisse se transmettre à toute la population, l’éclosion globale du virus touche principalement des hommes ayant des rapports homosexuels, dit le Dr Mark Lysyshyn, médecin-hygiéniste en chef adjoint de la régie de santé Vancouver Coastal. Et la région sanitaire de Vancouver ne fait pas exception, selon lui.

Des milliers de personnes sont attendues à la parade de la Fierté de Vancouver le 31 juillet. La régie de santé Vancouver Coastal souhaite donc que la communauté gaie soit préparée, car cet événement est propice au contact. La variole simienne se transmet par contact direct, surtout lors de rapports sexuels, explique le médecin-hygiéniste.

Nous avions commencé à vacciner les contacts étroits et ceux qui se rendent dans des zones exposées, comme les saunas gais, mais on a étendu notre campagne de vaccination pour cibler toutes les personnes qui sont à risque d’attraper la variole simienne, notamment les hommes qui ont des relations homosexuelles, explique-t-il.

Ce sont donc les gens qui ont eu un certain nombre de partenaires sexuels dans les derniers 21 jours, ceux qui ont eu des rapports sexuels dans des espaces comme les saunas gais et les soirées de sexe, ceux qui ont payé ou vendu des services sexuels. C’est vraiment ces personnes-là qu’on essaye de cibler, détaille le Dr Lysyshyn.

Il y aura beaucoup de monde dans la ville, tout le monde sera dehors, tout le monde fera la fête, confirme Tod Berezowski, gérant du sauna gai Steamworks Baths à Vancouver, à l’approche de la Fierté.

« Le vaccin prend littéralement deux secondes, et vous êtes protégés. »

— Une citation de  Tod Berezowski, gérant, sauna Steamworks Baths

La demande est là.

Le sauna gai Steamworks Baths a commencé à distribuer le vaccin la semaine dernière. En deux jours, 104 personnes ont été immunisées, se réjouit Tod Berezowski.

Nous militons et poussons la régie de santé de Vancouver Coastal, celle du Fraser, et tout le monde à rendre [ce vaccin] accessible, dit-il, car la demande est là.

Une faible quantité de vaccins est disponible jusqu’à présent, car ils sont distribués par le fédéral, mais le représentant de la régie de santé a bon espoir que la région de Vancouver pourra obtenir d’autres doses prochainement. En ce moment, je dirais que la demande en vaccin dépasse notre capacité à le distribuer, basée sur le nombre de vaccins qu’on a, affirme le Dr Mark Lysyshyn.

Montréal et Toronto ont demandé davantage de doses de vaccin, car des éclosions plus importantes de variole simienne ont été déclarées dans les deux métropoles, explique-t-il.

En Colombie-Britannique, le vaccin contre la variole simienne peut être recommandé à certaines personnes qui ont eu des contacts étroits avec une personne infectée, ainsi qu'à celles qui présentent de haut risque de contracter le virus dans les communautés gaies, bisexuelles, et d'hommes qui ont des rapports sexuels avec d'autres hommes, d'après le site de Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique (BCCDC).

En date du 8 juillet, l’Agence de la santé publique du Canada recense 375 cas de variole simienne au pays : 18 en Colombie-Britannique, 8 en Alberta, 101 en Ontario et 248 au Québec.

Plusieurs cliniques du quartier gai comme la clinique HIM de la rue Davie, Spectrum Health Care ou Three Bridges Community Health Centre ont été choisies pour distribuer le vaccin. Des centres de dépistage sans rendez-vous seront également bientôt accessibles dans le quartier West End, soutient le Dr Lysyshyn.

Avec des informations de l'émission de radio Phare ouest et de Yasmin Gandham

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...